NON à la baisse imposée des salaires !

Adressé à : Muriel Pénicaud, Ministre du Travail

Les entreprises limogent les droits des salariés

Les entreprises tiennent en joue les salariés.

La domination entrepreneuriale s’affiche, comme une autorisation de vie salariale.

Par chantage au licenciement, les salariés vont agoniser sous cette menace.

Avec l’APC ces droits du code du travail, acquis par nos aînés, avec force et courage s’effondrent tel un château de carte.

L’APC enchaîne le salarié à son entreprise  !

L’APC est un accord de performances collectives, il referme infailliblement l’étau sur le salarié.

Qu’est-ce-que cela veut dire  ?

Cette réforme du Président Macron, est entrée en vigueur en janvier 2018.

À cet événement 140 consentements étaient approuvés.

Pour exemple, Bouygues Construction, PSA Vesoul, Générali et tant d’autres sont dans ce cortège.

L’employeur peut modifier la rémunération, le temps de travail, la mobilité et le contrat du salarié.

Avec ce mécanisme administratif très intelligent, l’entreprise s’ajuste à l’oscillation de son activité.

La particularité de l’APC, est d’apporter de la flexibilité à l’intérieur du groupe ou de la société.

Cette acceptation doit répondre aux fonctionnements de celle-ci, sans condition d’effectif minimum et à durée illimitée.

L’exemple de Ryanair ou l’injustice tentaculaire

Le poids des ultimatums, du chantage, des menaces de licenciement asservissent les employés.

Pour survivre, Ryanair n’hésite pas à supprimer 250 postes administratifs, réduit les salaires de 10% à 20%.

Cette industrie aéronautique prévoit le licenciement de 3000 navigants.

En juillet 2020, cette réduction des salaires doit s’amorcer progressivement sur 5 ans.

La crise sanitaire donne un coup de canif dans le contrat de travail en le modifiant.

Ainsi, l’employeur peut obtenir de ses salariés, ce compromis de réduire les salaires.

Cette stratégie du dirigeant évite la liquidation de la société et maintient les emplois, en théorie  !

Pourtant cette baisse de salaire est bien illégale d’après le secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier.

Comment instaurer la désolation dans un pays riche, mode d’emploi  !

Ce passage en force des ordonnances Macron, annonce la désolation d’un pays riche.

Tous les acquis partent en fumée, brûlés par l’APC.

Par cette trame politique Ryanair ou Derichebourg, encouragent les autres grands groupes à calquer leurs manigances.

Quel est le but de cette alliance, enrichissement, profit, pouvoir  ?

Ces prédateurs soutenus par l’exécutif ont soif d’argent, peu importe la vie de leurs salariés.

Pour l’employé, le refus d’application de l’accord est à lui seul un motif de licenciement.

L’APC est affirmé par la crise sanitaire et devient une opportunité pour les grands groupes.

Quant à Derichebourg, grande entreprise de l’industrie aéronautique, le dirigeant propose une perte définitive des acquis sociaux, ou le licenciement de 750 personnes.

La création d’un nouveau contrat social à l’étude, pour mieux étrangler l’employé

La ministre du travail Muriel Pénicaud s’insurge contre les agissements de Ryanair.

Pourtant, notre exécutante regrette le manque de signatures d’accord de performances collectives.

Depuis 2017 et selon ses propos, seules 350 entreprises ont signé cet accord, à ce jour.

Le Sénat a voté un texte permettant aux dirigeants des entreprises de toucher une subvention publique.

Cette contribution est attribuée si les salariés sont à l’arrêt par manque d’activité.

L’Élysée et Madame Pénicaud réfléchissent à la création d’un contrat social renouvelé.

Toutes ces mesures permettent-elles de garder les emplois des salariés  ?

Non, tous les nouveaux contrats évincent les précédents et s’imposent aux salariés.

Les référendums d’entreprises, nous rappellent au contraire la dégradation des acquis.

Le consentement d’accord de l’employé, permet aussi son licenciement

 

Aujourd’hui, le peuple français souffre de tous ces dispositifs plus ahurissants et incompréhensibles les uns que les autres.

Les Français à qui l’on demande efforts sur contraintes, obligations sur interdictions s’affaiblissent.

Pourtant communément appelées les précaires, c’est le peuple qui monte au front.

C’est lui que l’on envoie au-devant du covid-19.

Toutes ces professions malmenées par ces nouveaux contrats sont indispensables à la communauté.

Aussi pour le remercier, l’APC réduit au silence le salarié.

Il est impossible en France de baisser les salaires  !

Pourtant, la crise économique et sanitaire réforme l’ensemble du paysage politique et social.

Le consentement d’accord doit être consenti par l’employé, sinon c’est son licenciement qui est signé.

Ne vous laissez pas museler, réagissez  ! Faites porter votre voie par cette pétition. Signez-la  ! Peut-être, encore est-il temps d’être écoutés.


Auteur : Coraline G.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (112)