Adressé à : cr.rossano@giustizia.it, segreteriavcd.dap@giustizia.it, capodipartimento.dap@giustizia.it, ambasciata.parigi@esteri.it,
Cesare Battisti en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin 2021 : appel à la justice internationale

Cesare Battisti, un écrivain écrasé par une condamnation implacable

Cesare Battisti, écrivain écrasé par le rouleau compresseur politico-médiatique, est en grève de la faim contre un régime carcéral d’exception totalement injustifié.

 

Une jeunesse dans l’action

Dans les années 70 du siècle dernier, comme des centaines de milliers de ses compatriotes, Cesare Battisti a cru au combat pour une société meilleure. Comme plusieurs milliers d’entre eux, dans un contexte d’extrêmes tensions sociales et d’attentats-massacres fascistes, il a cru pendant une brève période que le recours aux armes était la bonne voie. Comme quelques centaines d’entre eux, il s’est exilé pour échapper aux poursuites judiciaires. Comme aucun autre Italien, il a fait depuis vingt ans l’objet d’un battage médiatique et d’une chasse à l’homme qui s’est terminée dans des conditions indignes, par une extradition au mépris du droit international et son exhibition comme un trophée de chasse.

Aujourd’hui, condamné à la prison à vie, il est en grève de la faim pour obtenir d’être soumis à un régime de détention normal. En effet, alors que depuis 40 ans, il a explicitement et publiquement renoncé à la violence, et, par une vie d’écrivain reconnu et de citoyen sans histoire, donné toutes les preuves de ce renoncement, on le traite comme un dangereux terroriste.

 

Son rapt en dépit des lois internationales

Pacifié et ayant abandonné toute lutte armée depuis plus de 40 ans, Cesare a pourtant été enlevé et incarcéré en Bolivie en janvier 2019, puis déporté illégalement vers l’Italie aussitôt après. Lors de ce triste épisode de persécution politique, la remise du trophée Battisti aux Italiens mêla la servilité du gouvernement bolivien d’Evo Morales aux intérêts de l’extrême droite brésilienne de Jair Bolsonaro et de celle, italienne, de Matteo Salvini. Sans avoir pu obtenir de jugement d’extradition, Battisti fut précipitamment remis au système pénal italien, qui lui réservait un traitement exceptionnellement sévère.

 

Les conditions de son enfermement sous très haute sécurité

En effet, loin de ses proches, et privé de toute interaction sociale, Cesare a passé les premiers mois de son retour dans la prison de très haute sécurité d’Oristano, en Sardaigne, puis transféré vers la prison de Rossano, en Calabre, qui est également une prison de très haute sécurité, et où il est toujours enfermé.

Au cours de cette captivité, l’activiste italien est victime d’un traitement carcéral indigne et inhumain, tant sur le plan de sa santé physique que mentale. Souffrant d’hépatite et d’insuffisance respiratoire, il ne reçoit qu’un traitement médical insuffisant, en plus d’être privé de toute exposition à la lumière du soleil. En outre, ses textes littéraires sont confisqués arbitrairement, et ses questions systématiquement ignorées.

Enfin, la prison lui refuse des objets de première nécessité du quotidien ou pouvant lui permettre d’écrire. Tout cela se fait au mépris de ce qui est normalement prévu par le système carcéral italien.

 

Les raisons d’une juste colère

Aujourd’hui, à 66 ans, Cesare Battisti décrit son couloir de très haute sécurité, dans la prison de Rossano, comme un « tombeau ». Son traitement constitue manifestement une grave violation des droits de l’Homme. C’est pourquoi, en désespoir de cause, en signe de protestation, et afin que ses revendications les plus élémentaires soient étudiées, Cesare a commencé une grève de la faim depuis le 2 juin dernier. Dans son état de santé, sans traitement médical, sa situation s’annonce particulièrement difficile et préoccupante.

 

La légitimité et la légalité de ses demandes

Pourtant, à travers cette grève de la faim, Cesare demande simplement à :

- Être transféré vers une prison moins difficile d’accès, plus proche de Rome donc de sa famille ;

- Sortir du régime de haute sécurité de l’AS2, normalement réservé aux terroristes, étant donné que rien ne légitime ce régime dans son cas ;

- Mettre fin à son isolement forcé, et lui permettre un minimum d’interactions sociales avec les autres détenus, ce qui lui est actuellement refusé dans la prison calabraise où il est incarcéré ;

- Mettre à disposition quelques ressources pour le maintien de son activité professionnelle d’auteur afin de l’aider à se réintégrer socialement.

 

Cesare Battisti ne représente aucun danger

Rien ne justifie, si ce n’est la haine, l’extrême sévérité pénale infligée à Cesare Battisti, condamné pour des événements datant de plus de 40 ans, et dans un contexte historique, politique et social très différent de la réalité italienne d’aujourd’hui. Devenu un auteur pacifiste depuis des décennies, rien ne justifie non plus qu’il soit considéré comme dangereux, classé sous haute vigilance ni traité comme un terroriste.

- Soutien total et solidarité envers la grève de la faim de Cesare Battisti !

- Pour la mise en œuvre de ses requêtes !

- Condamnation des mauvais traitements carcéraux !

 

_______________________________________

 

Cesare Battisti, uno scrittore shicciato da una condanna implacabile

Cesare Battisti, uno scrittore schiacciato dal rullo compressore politico e mediatico, è in sciopero della fame contro un regime carcerario eccezionale totalmente ingiustificato.

Un giovane in azione

Negli anni '70, come centinaia di migliaia di suoi compatrioti, Cesare Battisti credeva nella lotta per una società migliore. Come molte migliaia di loro, in un contesto di tensioni sociali estreme e di attentati-massacri fascisti, credette per un breve periodo che il ricorso alle armi fosse la strada giusta. Come alcune centinaia di loro, è andato in esilio per sfuggire al processo. Come nessun altro italiano, è stato oggetto di un clamore mediatico e di una caccia all'uomo negli ultimi vent'anni, che si è conclusa in condizioni vergognose, con la sua estradizione in barba al diritto internazionale e la sua esposizione come trofeo di caccia.

Oggi, condannato all'ergastolo, è in sciopero della fame per ottenere un regime di detenzione normale. Infatti, mentre per 40 anni ha rinunciato esplicitamente e pubblicamente alla violenza e, attraverso una vita da scrittore riconosciuto e da cittadino irrilevante, ha dato ogni prova di questa rinuncia, viene trattato come un pericoloso terrorista.

 

Il suo rapimento a dispetto delle leggi internazionali

Pacificato e avendo abbandonato ogni lotta armata da oltre 40 anni, Cesare è stato tuttavia rapito e imprigionato in Bolivia nel gennaio 2019, e subito dopo deportato illegalmente in Italia. In questo triste episodio di persecuzione politica, la consegna del trofeo Battisti agli italiani ha mescolato il servilismo del governo boliviano di Evo Morales con gli interessi dell'estrema destra brasiliana di Jair Bolsonaro e quella italiana di Matteo Salvini. Senza essere stato in grado di ottenere un ordine di estradizione, Battisti è stato frettolosamente consegnato al sistema penale italiano, che lo ha trattato in modo eccezionalmente duro.

 

Le condizioni della sua reclusione in condizioni di altissima sicurezza

Infatti, lontano dalla sua famiglia e privato di ogni interazione sociale, Cesare ha passato i primi mesi del suo ritorno nel carcere di altissima sicurezza di Oristano, in Sardegna, e poi trasferito nel carcere di Rossano, in Calabria, anch'esso di altissima sicurezza, e dove è ancora rinchiuso.

Durante questa prigionia, l'attivista italiano è stato sottoposto a un trattamento carcerario indegno e disumano, sia per quanto riguarda la sua salute fisica che mentale. Soffrendo di epatite e insufficienza respiratoria, ha ricevuto un trattamento medico inadeguato ed è stato privato di ogni esposizione alla luce del sole. Inoltre, i suoi testi letterari sono arbitrariamente confiscati e le sue domande sistematicamente ignorate.

Infine, la prigione gli nega le necessità quotidiane di base o gli oggetti che potrebbero permettergli di scrivere. Tutto questo avviene in barba a quanto normalmente previsto dal sistema carcerario italiano.

 

Motivi per la giusta rabbia

Oggi, a 66 anni, Cesare Battisti descrive il suo corridoio di massima sicurezza nel carcere di Rossano come una "tomba". Il suo trattamento è chiaramente una grave violazione dei diritti umani. Ecco perché, per disperazione, in segno di protesta e per far sì che le sue richieste più elementari siano prese in considerazione, Cesare è in sciopero della fame dal 2 giugno. Nel suo stato di salute, senza cure mediche, la sua situazione è particolarmente difficile e preoccupante.

 

La legittimità e la legalità delle sue richieste

Tuttavia, attraverso questo sciopero della fame, Cesare sta semplicemente chiedendo di

- Essere trasferito in un carcere meno difficile da raggiungere, più vicino a Roma e quindi alla sua famiglia;

- Essere liberato dal regime di alta sicurezza dell'AS2, normalmente riservato ai terroristi, poiché non c'è alcuna giustificazione per questo regime nel suo caso;

- Porre fine al suo isolamento forzato, e permettergli un minimo di interazione sociale con altri detenuti, che attualmente gli è negato nel carcere calabrese dove è rinchiuso;

- Fornire alcune risorse per il mantenimento della sua attività professionale come autore per aiutarlo a reintegrarsi socialmente.

 

Cesare Battisti non rappresenta alcun pericolo

Nulla giustifica, se non l'odio, l'estrema severità penale inflitta a Cesare Battisti, condannato per fatti avvenuti più di 40 anni fa, e in un contesto storico, politico e sociale molto diverso dalla realtà italiana di oggi. Essendo diventato un autore pacifista decenni fa, non c'è motivo per cui debba essere considerato pericoloso, classificato come terrorista o trattato come tale.

- Pieno sostegno e solidarietà per lo sciopero della fame di Cesare Battisti!

- Per l'attuazione delle sue richieste!

- Condanna dei maltrattamenti in prigione!

 

 

Mise à jour - 29/06/2021

 

Samedi 27 au matin, Cesare a été transféré dans le plus grand secret de la prison de Rossano à celle de Ferrare, en Émilie romagne, située à 275 km de Rome, au milieu du triangle Florence-Venise au nord et Bologne au sud. Il y a également une section Alta sigurezza 2 (AS2) à Ferrara.

Le jeudi qui a précédé ce transfert, Enza Bruno Bossio, députée de la région de Cosenza où est située la prison de Rossano, avait rendu visite à notre ami et lancé à la presse une déclaration qui réclamait les raisons de ce traitement particulièrement sévère contre lui.

Contrairement aux usages qui réclament que la direction de la prison informe les avocats et les familles du détenu de tout changement, c'est le SAPPE (syndicat de l'administration pénitentiaire) qui, samedi 27, a annoncé la nouvelle à l'ANSA (agence nationale de presse italienne) dans un communiqué venimeux qui tient à rappeler 40 ans après les faits que Cesare a avoué en mars 2019 le meurtre, le 5 juin 1978, d'Antonio Santoro, brigadier directeur de la prison d'Udine.

Pendant que le comité de soutien en Calabre remerciait l'avocat Adriano d'Amico qui a permis la visite de la députée calabraise Enza Bruno Bossio, un des avocats de Battisti, Davide Steccanella déposait une plainte contre la direction du syndicat de l'administration pénitentiaire pour abus de droits.

Controverse aujourd'hui : les questions parlementaires fusent. Du côté des partis de droite, on continue de s'offusquer de prétendus « traitements de faveurs » (sic) réservés à celui qui reste traité de criminel et de terroriste. Du côté des partis de gauche, on en appelle timidement aux droits de l'homme et à la dignité de tous les prisonniers derrière le garant des droits Mauro Palma, rappelant qu'en aucun cas la justice d'un État ne saurait être une vengeance d'État.

Courage.

Résolument.

Salve Cesare!

Auteur : Salve Cesare

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires