Jeunes au volant 
Pour un contrôle régulier des permis des jeunes de moins de 25 ans

Adressé à : Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur et Président du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR)

Monsieur Castaner,

Par ce texte, j’attire votre attention sur la nécessité d’un contrôle accru des jeunes conducteurs.

Les personnes âgées entre 18 et 24 ans constituent un public à risque, impliqué dans 25% des décès sur les routes chaque année et représentent 23% des blessés.

Le doigt est souvent pointé vers les personnes âgées (+ de 70 ans). Bien que ce public soit parfois responsable de conduites dangereuses (contresens sur l’autoroute, inattention), il demeure moins impliqué que les jeunes.

Les jeunes conducteurs, d’ailleurs sont plus susceptibles d’être alcoolisés ou drogués au volant.

Bien sûr, il ne faut pas généraliser mais ce public est trop souvent adepte des beuveries du samedi soir ou encore d’excès de vitesse, surtout en ville où le danger est grand.

D’ailleurs, les erreurs de conduite sont souvent fatales aux jeunes conducteurs qui manquent d’expérience… Même s’ils ont effectué la conduite accompagnée.

Notons par ailleurs que bon nombre de jeunes conducteurs s’affranchissent de disposer le « A » à l’arrière de leur véhicule. Ce n’est pas par coquetterie, voyons la vérité en face.

En n’affichant pas ce symbole, ils se permettent ainsi de ne pas tenir compte des limitations de vitesse propres à la condition de jeune permis.

À ce sujet, il nous semblerait opportun d’être plus sévères à l’égard des limitations de vitesse, en instaurant par exemple les 70 km/h sur route et 110 km/h sur autoroute.

En effet, la maîtrise d’un véhicule n’est pas une chose anodine. Il nous apparaît nécessaire de repenser le modèle même du permis de conduire, afin de le rendre plus conforme aux évolutions d’un jeune permis.

Par exemple, instaurer un permis de conduire de 18 à 25 ans suivi d’un contrôle à l’échéance, gratuit mais obligatoire, qui déterminerait la capacité à prendre la route en toute sécurité. Ce même dispositif, appliqué aux personnes âgées, permettrait de rendre nos voies de circulation plus sûres, en fonction des aptitudes de chacun.

Concernant les jeunes conducteurs, nous pourrions imaginer un contrôle annuel puis tous les deux ans, afin d’évaluer les capacités et le comportement au volant. L’idée serait ainsi de sensibiliser et de faire comprendre les enjeux de la conduite d’une voiture en terme de sécurité routière.

Nous suggérons aussi que si ces contrôles ne sont pas concluants, qu’une suppression de cinq ans du permis soit prononcée, aboutissant sur l’obligation de repasser le permis de conduire.

Ces mesures restrictives permettront ainsi de faire prendre conscience des comportements à risque, comme l’alcool au volant, la consommation de cannabis ou encore les beuveries à répétition qui mettent nos vies en danger.

Monsieur Castaner, nous espérons que ces quelques mesures trouveront écho en vous et auprès du Gouvernement.

Notre volonté n’est pas de stigmatiser (ni les jeunes, ni les vieux) mais bien de créer une prise de conscience collective. Prendre la route n’est pas une démarche anodine bien que quotidienne pour des millions de français chaque jour.

Il faut donc avoir pleinement conscience de nos capacités, de notre comportement et de notre bienveillance sur la route.

Ainsi, je sollicite votre attention sur l’importance d’intensifier les contrôles des jeunes conducteurs. Nous n’avons aucun doute sur le fait que vous comprendrez le bien-fondé de notre démarche.


Auteur : Gérard Weber

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (186)