Élevage intensif : Cessons de répandre de nouvelles maladies !

Adressé à : Monsieur Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Une maladie peut se transmettre de l’animal à l’Homme

Depuis le début de l’année 2020, nous nous battons contre un virus : la COVID-19. Nous avons pu constater les conséquences désastreuses du coronavirus sur l’Homme, l’économie et la société en général. Un simple virus peut toucher l’intégralité de la planète et tuer des millions de personnes.

Apparemment, la COVID-19 viendrait de l’animal. Que ce soit à cause d’une chauve-souris ou d’un pangolin, il n’en reste pas moins que l’animal a été capable de le transmettre à l’Homme.

Nous ne sommes pas encore certains de l’origine réelle du virus. Cependant, nous savons que ce ne serait pas la première fois qu’un animal transmette un virus mortel à l’Homme.

En effet, le SRAS et la grippe aviaire venaient à l’origine des animaux. Pour vous donner un ordre d’idée, la grippe aviaire a tué 282 personnes entre 1997 et 2003. Heureusement pour nous, le virus ne se transmettait pas entre les Hommes.

Pourtant, ce virus est toujours d’actualité. Chaque année, nous entendons parler de la destruction de certains élevages français à cause d’une épidémie de grippe aviaire chez les volailles. La Coordination rurale a averti : le virus est toujours sur le sol français et peut revenir à tout moment.

Plus récemment, le SRAS, que l’on a souvent comparé au coronavirus, a fait 774 victimes en Asie. À l’origine, ce virus est causé par la chauve-souris qui l’a transmis à un mammifère qui a ensuite été mangé par l’Homme.

L’élevage intensif est un nid à virus

Comme vous l’avez compris, les animaux sont sources d’agents pathogènes pour nous.

À tout moment, un virus peut passer de l’animal à l’Homme. Il est important, dès aujourd’hui, de faire attention aux conditions d’élevage dans lesquelles les animaux, qui vont se retrouver dans nos assiettes, sont enfermés.

Les élevages intensifs sont des bombes à retardement. Prenons l’exemple de la grippe porcine (H1N1) qui a été à l’origine d’une épidémie en 2009 et en 2010. Déjà à l’époque, nous devions suivre des recommandations sanitaires. Le virus s’est propagé dans les élevages de porcs avant de muter et d’attaquer l’Homme.

En 2018, des experts ont analysé les élevages intensifs. Ils ont découvert pas moins de 39 changements antigéniques qui pouvaient atteindre l’Homme. Les élevages concentrent aujourd’hui 16 souches de nouveaux virus grippaux. Imaginez-vous si les virus sortent des élevages et viennent nous atteindre.

Pour favoriser l’élevage, il est bon de savoir que les éleveurs bourrent les animaux d’antibiotiques et de produits nocifs. L’animal devient plus résistant au virus qui mute pour survivre. Au final, tous ces produits et ces virus finissent dans notre assiette !

Cessons l’élevage intensif pendant que nous le pouvons encore !

La seule solution pour éviter de nouvelles pandémies est de prendre soin des animaux d’élevage. Nous devons interdire l’élevage intensif. Il est inhumain d’élever des poulets ou n’importe quel animal dans des conditions insalubres. Les animaux sont tous empilés les uns sur les autres, il n’est pas étonnant que les animaux se contaminent entre eux et que les virus y trouvent un refuge confortable.

Il faut également rédiger une liste internationale des animaux qui peuvent être consommés. En effet, cette pandémie de coronavirus part d’un marché chinois où il est quasiment normal de trouver des animaux sauvages.
Il est hors de question de subir de nouvelles épidémies parce que des pays s’octroient le droit de manger des chauves-souris sauvages.

Nous devons à tout prix éviter une nouvelle épidémie à cause d’un animal. Signez cette pétition pour que monsieur Denormandie puisse anticiper avant de devoir agir dans l’urgence !


Auteur : David B.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (417)