Travail illégal : STOP à l’esclavagisme moderne !

Adressé à : Madame Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion

La pandémie que nous venons de traverser a tout bouleversé.

Nous avons mené ce combat tous ensemble : mesures d’hygiène scrupuleusement respectées, solidarité avec nos concitoyens plus faibles, reconnaissance envers les soignants qui nous ont sauvés.

Puis les bonnes résolutions : c’était décidé nous allions tous revoir nos priorités et changer enfin nos modes de vie.

Sauf que si l’on gratte un peu, sous le vernis des belles paroles, le « Monde de demain » est finalement le même qu’hier !

Pendant que nous applaudissons les soignants (sans pour autant les payer mieux) et que nous désinfectons scrupuleusement les centres commerciaux pour y consommer en toute sécurité, rien n’a changé finalement.

Ceux qui travaillent toute l’année pour remplir les rayons de ces mêmes temples de la consommation souffrent plus que jamais, dans l’indifférence générale.

Prenez par exemple ces milliers de « salariés » anglais qui fabriquent les vêtements bas de gamme de la fast fashion. 5
Dans ces usines, les travailleurs n’ont aucun pouvoir, et les responsables n’ont que faire de la sécurité de leur personnel.

  • aucune mesure de protection
  • pas de masque
  • pas de distanciation
  • et évidemment, encore moins de chômage partiel.

Considérés comme des pions sans valeur, payés à peine un demi-salaire, certains ont même affirmé être obligés de venir travailler alors qu’ils étaient visiblement malades.

Risquant une propagation incontrôlable de la maladie !

Imaginez le manque de considération de ces prisonniers modernes !

Pour agir de la sorte aux dépens de leurs salariés, mais aussi du reste de la population britannique !

Et tout ça pour quoi ?

Des vêtements qui dureront quelques semaines et iront très rapidement remplir nos déchetteries.

Sans aucun respect pour la planète, ces enseignes profitent d’un système qui détruit des vies.

Nous utilisons des ressources pourtant limitées, ainsi que des vies humaines comme si aucune n’avait la moindre valeur.

Pour fabriquer des objets eux-mêmes sans valeur, qui deviendront rapidement des déchets dont il faudra se débarrasser…6

Le capitalisme ne doit plus avoir tous les droits ! Il faut poser des limites !

La crise actuelle aurait du agir comme un signal d’alarme, pour reconsidérer notre bien le plus précieux : la vie humaine !

Mme Borne, vous ne vous sentez peut être pas concernée par ces tragiques mais lointains événements ?

Pourtant, vous le savez, notre cher Pays des droits de l’Homme n’a pas toujours de quoi se vanter.

Nos productions les plus prestigieuses sont parfois fabriquées avec la souffrance et la dignité de travailleurs immigrés.

Vous n’êtes pas sans savoir que notre production la plus mythique, l’élégance à la française que nous exhibons fièrement, n’est pas toujours mieux lotie que ces produits textiles bas de gamme.

Partout en France, des vendangeurs sont parfois traités comme des esclaves pour produire le vin hors de prix qui représente notre pays dans le monde entier. 2, 7

Et ces scandales existent aussi pour les produits « Made In France » de consommation courante, que nous tous, citoyens français ordinaires, consommons chaque jour en toute confiance.

Des producteurs de légumes bio mentent ouvertement à leurs clients, en leur vendant à tort des produits éthiques et respectueux, alors qu’ils utilisent et maltraitent les ouvriers qui récoltent ces derniers. 1

Nous sommes en 2020, et jamais, dans l’histoire de l’humanité, on n’a dénombré autant de personnes en situation d’esclavage.3

Tous ensemble, nous devons demander à nos élus de faire cesser ce cycle infernal, et de remettre enfin la valeur de la vie humaine au dessus du pouvoir de l’argent !

Mme Borne, montrez l’exemple à vos homologues européens : engagez vous à faire respecter le droit du travail !


Auteur : André G.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (145)