Stop aux fournitures scolaires  cancérigènes  !

Adressé à : Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse et Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé

Attention à ce que vous mettez dans le cartable de vos enfants !

Selon l’association 60 millions de consommateurs, un tiers des fournitures scolaires contient un produit toxique dans sa composition. (1)

Crayon mâchouillé, colle sur les doigts qui sont ensuite utilisés pour se frotter les yeux, pot de colle non rebouché que les enfants respirent… C’est un véritable champ de mine.

Le pire ? Cette nouvelle ne semble pas intéresser les grands médias nationaux. Le Monde, Le Figaro, ou 20 Minutes, c’est silence radio !

Des millions d’enfants vont faire leur rentrée cette semaine et se retrouver exposés à des produits toxiques sans même le savoir.

C’est tout simplement inacceptable.

La santé de nos enfants est menacée

Les produits à risque sont pourtant des fournitures jugées indispensables :

  • Les crayons (de couleur ou à papier) vernis qui contiennent des phtalates, qui sont des perturbateurs endocriniens (2)
  • Les feutres qui sont bourrés de fragrances allergisantes (2)
  • Les colles qui sont composées de solvants toxiques, comme l’acétone ou le formaldéhyde, un cancérigène qui peut engendrer des irritations oculaires et des voies respiratoires (3, 4)
  • Des cartables contenant du PVC (polychlorure de vinyle), contiennent des organoétains, qui polluent les mers et sont considérés comme cancérigènes, neurotoxiques et perturbateurs endocriniens. Le PVC et d’autres substances qu’ils contiennent est associé à des risques de diabète, trouble de l’apprentissage, asthme et même cancer (5)

Or, nos enfants sont particulièrement vulnérables : leur taille et leur poids les rendent plus sensibles à l’exposition de ces substances que les adultes. Plus l’exposition est précoce, et plus les risques sont décuplés.

Le temps d’exposition lui est aussi en cause car toutes ces fournitures se trouvent dans leur trousse, devant eux, pendant toute la journée d’école. Imaginez les dommages au bout de 8 heures par jour pendant une année scolaire entière, et ce pendant toute leur scolarité !

En magasin : la roulette russe

Aujourd’hui, il n’existe pas de réglementation claire sur les fournitures scolaires.

Rien ne permet de distinguer un crayon que nos enfants pourront mâchouiller sans risque, d’un autre bourré de perturbateurs endocriniens !

A composition identique, les industriels peuvent aujourd’hui choisir de se référer à deux réglementations :

  • Soit ils considèrent que les fournitures sont des jouets, car destinées aux jeune public. Ils sont donc obligés de spécifier la dangerosité de leurs produits en utilisant les pictogrammes suivants :
Risques danger toxique
  • Soit, et c’est bien souvent ce qui se passe, ils considèrent que ces produits sont du matériel de bureau classique. Dans ce cas, ils doivent seulement “répondre à l’obligation générale de sécurité” (2). Soit le degré le plus infime de sécurité.

Depuis quand protège-t-on les plus vulnérables avec le minimum syndical ?

Les industriels sont libres de jouer avec la santé de nos enfants, et ce en toute légalité. Ils mettent ce qu’ils veulent dans des produits que nos enfants sont obligés d’utiliser TOUS LES JOURS.

C’est une véritable mise en danger d’autrui.

Faire le bon choix pour nos enfants : un parcours du combattant

En plus, les fournitures scolaires “vertes” sont plus chères !

Et oui, l’addition varie du simple au double (6) pour les parents soucieux de la santé de leurs enfants. Si l’on suit la “liste modèle” de l’Education Nationale, les fournitures éco-responsables sans danger s’élèvent à 127€ par enfant contre 61€ pour des courses classiques.

Alors que le prix moyen des fournitures scolaires augmente encore cette année, pour certains le choix sera vite fait.

Par souci économique ou simplement par méconnaissance, les parents ne pourront pas faire les meilleurs choix pour leurs enfants.

C’est tout simplement aberrant.

Ainsi, nous demandons au gouvernement d’agir concrètement en mettant en place :

  • une réglementation stricte sur les fournitures scolaires, ne se limitant plus au “minimum syndical”
  • un étiquetage clair pour rapidement distinguer les produits toxiques des autres
  • une TVA réduite sur les fournitures “vertes” sans danger, pour que leur prix ne soient plus rédhibitoire pour les familles

Tout se joue maintenant

Si nous ne réagissons pas maintenant, et que nous laissons la période des courses de rentrée filer, il sera trop tard. Les médias se concentreront sur d’autres actualités, et les politiques ne seront plus tenus de réagir rapidement.

Tout va dépendre de votre décision de signer la pétition, en remplissant le formulaire de signature ci-dessous. Si nous récoltons le maximum de signatures en peu de temps, il nous sera peut-être possible d’agir pour la rentrée prochaine.

Sinon, cela sera encore un an de perdu. Un an à intoxiquer nos enfants chéris…

Votre intervention est décisive. Sans votre signature, et sans votre relais solidaire, cette action n’aboutira à rien.

Or, des vies sont en jeu. Nous n’avons pas le droit de rester les bras croisés. Que vous ayez vous même des enfants faisant leur rentrée ou non, c’est capital. Chaque voix compte.


Auteur : Emmanuelle Laroc

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (183)