NON aux fraises espagnoles dangereuses pour notre santé !

Adressé à : Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Des fraises espagnoles bourrées de pesticides

Chaque année, les fraises espagnoles débarquent dans nos supermarchés et sur nos marchés.

Bien souvent, elles arrivent avant les fraises françaises et coûtent moins chères.

L’Espagne étant un pays voisin, comment cela est-il possible ?

La fondation Générations futures a cherché à comprendre.

Le résultat est étonnant.

En effet, 100 % des fraises espagnoles qui ont été testées contenaient des pesticides.

Certes, les fraises françaises sont loin d’être parfaites, mais dans tous les cas, elles respectent les normes européennes.

Ce n’est pas le cas des espagnols.

La fondation a pu extraire 8 perturbateurs endocriniens et un polluant organique.

Ces derniers sont particulièrement dangereux pour les enfants, pour les femmes enceintes et leurs bébés à naître.

Ces substances ont volontairement été utilisées juste sous la limite maximale des doses autorisées.

De plus, l’Union européenne interdit certains pesticides qui ont pu être retrouvés dans 18 % des fraises espagnoles testées.

Le pays enfreint donc des règles communautaires.

La fraise est le fruit phare de l’été.

Les espagnols sont les premiers producteurs.

On estime qu’en moyenne, 120 000 tonnes sont consommées par les français.

N’est-ce donc pas urgent d’intervenir pour protéger nos enfants qui sont contraints, innocemment, de manger des pesticides dangereux pour leur santé ?

Et ne parlons pas de l’impact des pesticides sur l’environnement.

Un réel désastre écologique est en cours en Espagne.

De plus, les travailleurs espagnols sont sous-payés et vivent dans l’extrême pauvreté dans un monde de violence et à la limite de l’insalubrité.

Ils ne sont rémunérés qu’une trentaine d’euros par jour pour un travail qui leur demande plus de 7 heures par jour et qui est usant physiquement.

Les heures supplémentaires, qui sont une norme dans le milieu, ne sont pas rémunérées.

Chaque année, les producteurs de fraises font venir des personnes étrangères qui sont prêtes à se tuer pour ramener un peu d’argent dans leur pays.

Les employés sont littéralement traités comme des animaux.

Pire encore, des viols, des agressions sexuelles et du harcèlement sont fréquemment rapportés. Importer des fraises espagnoles revient donc à soutenir cet esclavage moderne.

Des fraises aux normes françaises

Nous avons la chance d’avoir de bons producteurs de fraises en France.

Pourquoi ne pas en profiter et faire marcher l’économie nationale ?

Plus que jamais, ils ont besoin de notre soutien face à une telle concurrence déloyale !

À cause du prix des fraises espagnoles qui sont parfois 3 fois moins chères que les françaises, les consommateurs se tournent automatiquement vers elles.

Cela peut mettre en difficulté nos producteurs français qui mettent de l’énergie à nous offrir des fraises qui ont du goût, qui sont locales, qui sont de saison et qui en plus, sont conformes aux règles sanitaires en vigueur !

Enfin, il est indispensable de demander à l’Espagne de respecter les règles communautaires qu’elle a elle-même signé.

Ce n’est pas pour rien si l’Union européenne en a imposé.

Les pesticides utilisés sont particulièrement dangereux pour notre santé si précieuse !

Il est inimaginable qu’un État membre puisse se permettre de les bafouer impunément pour augmenter ses profits en faisant abstraction de la santé publique.

Pour soutenir nos producteurs et faire réagir nos politiques sur la question des pesticides, signez la pétition !


Auteur : Arthur H.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (511)