Halte à l’imposture des coopératives agricoles !

Destinataire(s) : Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture
Halte à l’imposture des coopératives agricoles !

Initialement créées pour aider les petits agriculteurs à valoriser leur production et à mieux la commercialiser dans un marché difficile d’après-guerre, les coopératives agricoles sont devenues aujourd’hui de véritables tyrans capitalistes qui jouent le même jeu que certaines multinationales privées.

Plutôt que de bénéficier aux agriculteurs, elles participent aujourd’hui à leur paupérisation en les contraignant à accepter la course à la mondialisation, à l’industrialisation, à la surproduction et à la pollution des sols qui, on le sait, tue à petit feu l’agriculture française.

Une niche fiscale scandaleuse

Lorsqu’elles ont été créées, ces coopératives n’avaient pour but que de venir en aide aux agriculteurs. Elles n’étaient pas censées accumuler du capital mais seulement redistribuer les recettes à ses adhérents.

Elles ont alors bénéficié d’un statut juridique et fiscal particulier : les agriculteurs adhérents payant déjà un impôt sur leur production, il a été convenu que les coopératives ne seraient donc pas soumises à l’impôt sur les sociétés.

Mais alors que les premières coopératives ne regroupaient que quelques dizaines d’agriculteurs, on se retrouve aujourd’hui avec de véritables multinationales de l’alimentaire

C’est le cas par exemple du groupe coopératif InVivo qui ambitionne prochainement les 500 millions d’euros de chiffre d'affaires grâce à sa récente fusion avec Vinadeis1

Pourtant l’évolution de “format” de ces coopératives n’a pas engendré une modification de leur statut juridique et fiscal.

En somme, une coopérative peut aujourd’hui gagner un demi-milliard d’euros sans être inquiétée par les impôts !

Sans compter qu’elles ne sont pas tenues non plus de rémunérer le capital immobilisé par leurs adhérents, n’ont toujours pas besoin d’acheter de matières premières et se contentent toujours de ne redistribuer la valeur qu'après la vente du produit final. Elles sont aussi dispensées de toute transparence concernant l’utilisation de leurs fonds…

Une incroyable (et scandaleuse) niche fiscale donc pour les requins du capitalisme qui prennent depuis quelques années les rênes de ces soi-disant groupes “coopératifs”. 

Une autoroute vers l’évasion fiscale

Mais ça va encore plus loin !

Non contente d’échapper à l'impôt, ces soi-disant coopératives poussent encore le vice !

Elles réalisent des profits sur l’exploitation de la matière première qu’elles sous-payent aux producteurs, et vont tranquillement les capitaliser dans des holding délocalisées, voire même des paradis fiscaux !2

Sauf que bien sûr, les producteurs eux n’en voient jamais la couleur…

Les agriculteurs laissés pour compte

Non seulement ils n’en voient pas la couleur, mais ils en deviennent même les victimes.

Les victimes d’un berger qui s’est subtilement transformé en loup.

Un loup qui n’hésite pas à réaliser des profits gigantesques au détriment d’agriculteurs, de viticulteurs, de petits producteurs, qui n’ont d’autres choix pour survivre que de se plier aux règles du néo-libéralisme en cherchant à réduire leurs coûts par tous les moyens : en industrialisant, en polluant, en dégradant la qualité de leurs produits, le tout en se tuant à la tâche.

L’heure est grave.

L’agriculture française est bel et bien en train de mourir et IL EST TEMPS DE RÉAGIR !

Alors signez cette pétition pour soutenir nos agriculteurs.

Signez cette pétition pour qu’on puisse mettre dans nos assiettes les produits d’une agriculture saine et respectueuse de l’humain, des animaux et de l’environnement.

Signez cette pétition pour qu’on puisse faire entendre notre voix commune aux politiques afin que des soutiens réels soient donnés aux initiatives alternatives dont le but est de revenir à une économie solidaire affranchie du joug du capitalisme.

Auteur : Laurent des éditions Nouvelle Page

<% $t("Number of signatures:") %>

En signant la pétition j'accepte que Les Lignes Bougent traite mes données à des fins de gestion des signatures et des commentaires. J’accepte également d’être informé(e) des actions citoyennes initiées via Les Lignes Bougent. Pour en savoir plus sur ces traitements et sur mes droits, je consulte la politique de confidentialité. Tout commentaire doit respecter la charte des contenus de la communauté LLB. Lire la charte.
<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires