NON au projet européen de destruction des huiles essentielles !

Adressé à : Emmanuel Macron, Président de la République
NON au projet européen de destruction des huiles essentielles !

Madame, Monsieur,

La Commission européenne envisage de porter un coup fatal à la possibilité de prendre soin de sa santé autrement pour les citoyens de l’UE.

À terme, elle pourrait tout simplement faire interdire ou fortement réduire l’usage des “huiles essentielles”. 

Évidemment cette démarche n'est pas directe. 

Elle passe par l’étiquetage.

L’objectif officiel est de réviser :

“la classification, l’étiquetage et l’emballage des substances chimiques et d’intégrer dans ce chantier législatif les huiles essentielles.” (1)

La Commission européenne voudrait que les huiles essentielles, qui sont des produits naturels, soient classées dans les produits chimiques dangereux. 

Comme pour certains médicaments toxiques, vous auriez un gros triangle rouge sur l’emballage indiquant une substance dangereuse. 

Ce procédé relève de la désinformation pure puisque les huiles essentielles ne présentent aucun danger dès lors qu’elles sont utilisées correctement.

Pire encore, une fois que les huiles essentielles auront été classées comme dangereuses, il sera facile au législateur européen de les interdire pour de bon. 

Julien Aubert, député du Vaucluse, résume ainsi la situation : 

"L’impact sur la production d’huiles essentielles est direct car cette réglementation les considère comme des produits chimiques à part entière. Soumises à ce cadre réglementaire contraignant pousserait les producteurs à revoir la composition de ces huiles à tel point qu’au mieux, leurs propriétés s’en verraient altérées et au pire, compte tenu de l'inadaptabilité des méthodes d’évaluation pour ces produits particuliers, elles pourraient être considérées à tort comme trop dangereuses et donc interdites" (5)

Les huiles essentielles ne sont PAS des médicaments 

Un médicament est constitué d’une seule molécule de laboratoire très concentrée et très stable. 

Une huile essentielle, obtenue par distillation des plantes dans un alambic, réunit de nombreux principes actifs naturels. 

Il s’agit d’une essence de plante. 

Elle réunit, à des doses variées, de nombreux principes actifs naturels.

Les huiles essentielles s’utilisent en cuisine, en cosmétique, en médecine préventive et intégrative. 

C’est un produit naturel du bien-être. Cela n’a rien à voir avec un médicament. 

Ainsi l’huile essentielle de lavande peut accompagner des brûlures, l’huile essentielle de citronnelle de java faire fuir les moustiques, la menthe poivrée en huile essentielle joue sur les maux de tête, etc. (2,3,4)

Menace sur la lavande !

En France, la filière de la lavande est en danger.

Cela représente 9000 emplois en Provence et dans la Drôme. (1)

C’est une des filières d’excellence de la région. Elle fait partie de son patrimoine historique, culturel et même esthétique.  

Les producteurs de lavande sont sur le qui-vive. (1)

Ils savent très bien qu’une telle législation frapperait durement la filière. 

Lobbying européen 

La Commission européenne fait valoir le fait qu’il y aura une consultation et que les intérêts de tous seront pris en compte. (1,2)

Mais cela ne suffira pas à protéger les producteurs français de lavande et d’huile essentielle, notamment les plus petits. 

Trop d’acteurs économiques, à commencer par les laboratoires pharmaceutiques, ont intérêt à voir la filière s’effondrer. 

Les débats seront biaisés comme cela avait été le cas pour l’herboristerie en 2011 avec la directive THMPD. (6)

Ce texte avait réduit l’usage des plantes médicinales dans toute l’Europe sous couvert de protection du consommateur. 

Ce n’était en réalité qu’un immense cadeau fait à Big Pharma. 

Nous devons empêcher que cela se reproduise. 

Nous ne devons pas laisser la Commission européenne lancer un nouveau chantier législatif pour bannir des remèdes naturels utiles à tous, peu chers et non dangereux. 

Pour cela, il faut se mobiliser MAINTENANT.

Aidez-moi à faire connaître la situation. 

Nous devons agir AVANT que tout le processus législatif ne soit lancé. 

Nous devons être des milliers, voire des centaines de milliers à dire NON à la Commission européenne. 

Nous ne voulons PAS de cette législation !

Ce projet de loi risque de :

  • limiter le droit de prendre soin de sa santé autrement ;
  • mettre au chômage des centaines de personnes ;
  • détruire ou fragiliser de nombreuses filières naturelles dont celle de la lavande en France ;
  • toucher au patrimoine historique et culturelle de la Provence. 

Aidez-moi à dire NON !

Signez la pétition ci-dessous. 

Partagez-la avec votre famille, avec vos proches. 

Ensemble, refusons le diktat européen sur les huiles essentielles !

Un grand merci !

NON au projet européen contre les huiles essentielles !

Monsieur le Président de la République, 

La Commission européenne souhaite légiférer sur les huiles essentielles sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne (1) ;

Cette volonté n’est pas justifiée par la situation actuelle. Les consommateurs d’huile essentielle, nombreux en Europe, sont satisfaits des produits proposés sur le marché. 

Les huiles essentielles peuvent être utilisées de multiples façons : cutanée, orale, diffusion, cosmétique ou encore culinaire. 

Le bien-être qu’elles procurent à ceux qui les utilisent est considérable. 

Par ailleurs, elles font vivre de nombreuses traditions agricoles et culturelles locales. 

En Provence la filière de la lavande réunit plus de 9000 personnes. 

Limiter ce secteur aurait un effet très négatif sur la filière et les consommateurs de lavande. 

Les législations passées sur les remèdes homéopathiques ou les plantes médicinales ont déjà réduit l’offre existant sur le marché. De nombreux remèdes naturels, comme l'aubépine, sont interdits. 

Traiter les huiles essentielles comme des produits chimiques est une grave erreur. 

Les huiles essentielles sont des produits naturels à part. Ce ne sont ni des aliments, ni des compléments alimentaires, ni des médicaments de synthèse.

Les huiles essentielles, essence de plante, ne rentrent pas dans une catégorie.

Elles appartiennent au patrimoine naturel commun. 

Les citoyens doivent continuer à pouvoir accéder facilement aux huiles essentielles ! 

Nous vous demandons donc solennellement de couper court à ces débats stériles sur les huiles essentielles et d’enterrer ces discussions. 

À l’heure du covid 19, des confinements à répétition et des restrictions de libertés en tout genre, d’autres sujets méritent d’être à l’étude au niveau national et européen.

Veuillez agréer nos salutations citoyennes,

Naturellement vôtre

Augustin de Livois

Auteur : Augustin de Livois

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires