CONTRE le piégeage des chats : une solution inefficace et dangereuse

Adressé à : Willy Schraen, Président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC)

Avez-vous entendu parler de la polémique sur le piégeage des chats errants, qu’ils soient domestiques ou sauvages ?

Elle a débuté en mai dernier quand le président des chasseurs, Willy Schraen, a dénoncé l’impact des chats sur la biodiversité.

Pour lui, ils sont LES grands responsables de la raréfaction des oiseaux et de certains reptiles en France. 

Il a ainsi proposé de piéger les chats se trouvant à plus de 300 mètres de toute habitation pour les faire stériliser, puis adopter.1

Si je dénonce le lynchage sur les réseaux sociaux que Willy Schraen a subi suite à ses propos, je trouve ses conclusions sur la raréfaction des oiseaux et sa solution pour y remédier TRÈS simplistes.

C’est un fait, le chat est un chasseur ! 

La Ligue de protection des oiseaux (LPO) estime qu’un chat domestique en liberté « tue entre 5 et 10 oiseaux par an ». Rapporté aux 13 millions de chats en France, les dommages seraient de 75 millions par an.2

Mais dire que les chats tuent beaucoup plus d’animaux que les chasseurs pour justifier le déclin des oiseaux en France, est absurde et FAUX.

Si les populations d’oiseaux des campagnes françaises ont chuté d’un tiers en quinze ans, selon des chercheurs du Muséum national d’histoire naturelle et du CNRS, ce n’est pas à cause des chats ou des chasseurs, mais à cause de l’agriculture intensive et des pesticides3.

 

L’agriculture intensive tue les oiseaux

La baisse dramatique des populations d’oiseaux en France est directement liée à l’effondrement des insectes, éradiqués par NOUS les hommes à cause de la :

  • fin des jachères imposées par la politique agricole commune, 
  • flambée des cours du blé menant à des pratiques agricoles de plus en plus intensives, 
  • reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné,
  • généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants !

Le plus triste est que nous détruisons les insectes sans même augmenter les rendements agricoles …

Et par la même nous détruisons les oiseaux et tant d’autres espèces dont NOUS faisons partie, tout au bout de la chaine !

La solution pour enrayer tout cela, nous la connaissons tous. Et ce n’est pas le simple piégeage des chats. 

La solution est de revenir à une agriculture responsable sans pesticides !

Mais piéger un chat errant pour l’enfermer dans un refuge dans le but de le faire adopter pour arrêter le déclin des oiseaux est absurde. 

Un chat errant n’aura qu’une envie une fois adopté, s’enfuir …

Selon un reportage de la BBC un chat domestique aurait un rayon d’action limité de 50 à 200m autour de la maison dont il dépend4, mais un chat errant parcourt 75 fois plus de territoire.5

Les chats errants sont un problème créé par les gens qui les abandonnent. Donc encore une fois, créé par NOUS les hommes. 

Le chat est l’animal le plus abandonné en France.6

Plutôt que lutter pour le piégeage des chats, il faut lutter contre ceux qui les abandonnent !

Rappelons qu’en France, l’abandon d’un animal domestique est assimilable à un acte de cruauté passible de 2 ans d’emprisonnement et 30.000€ d’amende (article 521-1 du code pénal).7

 

Piégeage du chat, une solution inefficace et dangereuse 

Mettre des pièges proches des habitations peut se révéler dangereux pour les enfants, mais aussi pour l’animal qui peut se blesser, mourir de faim ou de soif si le piège n’est pas relevé rapidement.

 

Il existe d’autres moyens pour limiter la prédation du chat errant et protéger les oiseaux et la petite faune sauvage :

  1. assurer une alimentation de qualité et en libre-service aux chats errants. Un chat domestique bien nourri chasse 33 fois moins qu’un chat à l’état sauvage8. Les habitants de Skiathos en Grèce l’ont bien compris. L’association Skiathos Cat Welfare non seulement soigne et stérilise les chats errants, mais fournit aussi de la nourriture à plus de 500 chats sur l’île.9 Il est ainsi plus facile d’attraper le chat pour le faire stériliser ;
  2. faire stériliser son chat pour limiter les vagabondages, les marquages territoriaux, les maladies, la prolifération et les abandons ;
  3. protéger les mangeoires à oiseaux, les nids par une grille ou autre pour empêcher les chats de passer sans les blesser ;
  4. mettre un collier avec une clochette aux chats pour alerter la faune sauvage de leur arrivée ;
  5. appliquer une peine plus sévère pour qui abandonne son animal.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Président de la Fédération Nationale des chasseurs, je suis contre le piégeage des chats. Il existe des solutions bien moins agressives et plus performantes.

Signez cette pétition si comme moi vous êtes contre le piégeage des chats.

Merci


Auteur : Franck R.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (389)