Plus de 50 millions de poussins broyés VIVANTS par an en France

Adressé à : Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

STOP AU MASSACRE

Avez-vous déjà entendu le pépiement terrifié de milliers de poussins broyés vivants, étouffés dans des sacs poubelle, ou gazés ?

C’est INSOUTENABLE !

À peine nés, ces petites boules de plumes jaunes sont jetées sur des tapis roulants, sans ménagement. Les poussins sont amenés vers des mains expertes qui vont décider de leur droit de vie ou…

… de mort pour la moitié d’entre eux.

Les poussins femelles sont mis de côté pour être vendus comme futures poules pondeuses, tandis que les poussins mâles sont jetés… VIVANTS… dans des broyeuses.

S’ils ont de la chance, ils sont tués sur le coup.

Mais certains échappent malheureusement en partie aux dents d’acier, pour finir estropiés dans des poubelles, où ils vont agoniser longtemps et mourir, enfin, parmi les déchets.

Les canetons femelles suivent le même sort que les poussins mâles, leur foie n’étant pas d’aussi bonne qualité que les foies des canetons mâles.

Plus de 100 000 poussins finissent ainsi chaque jour dans la benne à ordures en France ! Et probablement autant pour les canetons.

En Inde, ce sont plus de 180 millions de poussins qui sont exterminés chaque année[1].

Je signe la pétition et je partage

Ils ont la loi pour eux et personne ne les contrôle

L’homme est capable de tant de barbarie et de justifier cette barbarie par des lois.

En Europe, ces pratiques sont malheureusement légales selon l’Annexe G de la Directive 93/119/CE du conseil du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort.

Aux États-Unis, L’American Veterinary Medical Association a recommandé en 2013 les méthodes de dislocation cervicale, de broyage et d’asphyxie par le dioxyde de carbone comme étant les meilleures options[2].

Qu’ils viennent d’élevages bio, en plein air ou conventionnels, la fin des poussins mâles est toujours la même. Ils subissent tous une mort violente plus ou moins rapide selon les élevages.

Et si un couvoir breton a été condamné à 19 000€ d’amende et 6 mois de sursis pour le président pour les conditions d’abattage infâmes qui y étaient pratiquées — les poussins étaient enfermés dans des sacs poubelle ou jetés vivants dans la benne à ordures jusqu’à ce que mort s’ensuive — c’est seulement sous dénonciation par l’un des employés du couvoir que les autorités sont intervenues. L’employé a filmé toute cette horreur[3].

19 000€ d’amende et 6 mois de sursis… C’est ridicule non ? Une goutte d’eau dans les finances de ce couvoir !

Je signe la pétition et je partage

Une technique qui pourrait arrêter ce massacre !

Une solution existe pour arrêter ce massacre, cette barbarie.

Outre devenir tous véganes, il existe une technique qui permet la destruction des œufs mâles avant leur éclosion : sexage in ovo !

La start-up allemande, Seleggt, a mis au point une solution qui permet de détecter très tôt le sexe du futur poussin. Les œufs mâles sont ainsi retirés du couvoir tandis que les œufs femelles y restent jusqu’à éclosion, sans aucune incidence sur le futur poussin[4].

Cette technique a été adoptée en 2015 par l’Allemagne, et la filière américaine United Egg Producers, qui produit plus de 95% des œufs aux Etats-Unis, a promis de mettre en place cette technique d’ici à 2020[5].

En France, l’entreprise PouleHouse est la première ferme à accueillir des œufs ainsi sélectionnés[6].

Pourquoi n’impose-t-on pas cette technique en France et dans le reste du monde ?

Je signe la pétition et je partage

Si comme moi vous voulez mettre fin à cette pratique barbare au service de l’industrialisation qui tue des millions de poussins et canetons dans le monde, signez et transférez le plus largement possible autour de vous cette pétition.

Les animaux ne sont pas des marchandises mais des êtres vivants !

Rejoignez-moi en signant cette pétition. Ensemble, demandons à Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation que :

  • la technique du sexage in ovo soit imposée en France à tous les couvoirs ;
  • les autres techniques (broyage, asphyxie, gazage, dislocation et électrocution) soient interdites sous peine de prison ferme et d’une amende équivalant à au moins 10% du chiffre d’affaire de l’entreprise,
  • des agences indépendantes fassent des contrôles fréquents des couvoirs.

Merci à vous,

Je signe la pétition et je partage

[1]  « Unilever working to end the culling of male chicks » [archive], sur business-standard.com, 4 octobre 2014 (consulté le 5 février 2015) [2] « AVMA Guidelines for the Euthanasia of Animals: 2013 Edition » [archive], sur avma.org, 2013
[3]
https://www.huffingtonpost.fr/2016/03/08/poussins-broyes-vivants-couvoir-bretagne-justice_n_9408582.html
[4]
www.lefigaro.fr/conso/les-premiers-poussins-non-broyes-arrivent-en-france-20190418
[5]
https://www.notre-planete.info/actualites/2073-poussins-broyes-vivants-oeufs
[6]
www.lefigaro.fr/conso/les-premiers-poussins-non-broyes-arrivent-en-france-20190418

Auteur : Simon Blondeau

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (760)