POUR L’INSTAURATION D’UN SALAIRE MAXIMUM

Adressé à : Emmanuel Macron, ainsi que TOUS les futurs candidats à l’élection présidentielle de 2022, afin que cet engagement fasse partie de leur programme.

En France, le salaire minimum est, depuis le 1er janvier 2020, de 10,15 euros/heure, soit un peu plus de 1 500 euros par mois en brut, et un peu plus de 1200 euros en net 1.

Avec ça, trouvez le moyen de payer votre logement, votre nourriture, votre essence !

A l’autre bout de l’échelle, les rémunérations des grands patrons explosent. On ne possède pas encore les chiffres pour 2019, mais en 2018, la rémunération moyenne des dirigeants des sociétés du CAC 40 a augmenté de 12 % pour atteindre 5,77 millions d’euros 2.

Si l’on prend en compte les patrons des 120 plus grosses sociétés cotées françaises, leur rémunération moyenne n’est “que” de 3,6 millions d’euros.

5.77 millions d’euros

soit l’équivalent de plus de 277 années de travail au SMIC.

ou l’équivalent de 152 fois le salaire brut moyen des français 3

Et cet écart est en constante augmentation.

Les dirigeants des plus grandes sociétés françaises gagnent en moyenne 90 fois plus que leurs propres salariés. Ce rapport était de 73 en 2014 4.

La hausse de la rémunération des dirigeants du CAC 40 est 3 fois plus rapide que celle des salariés.

En 2018 le directeur général de Dassault Systèmes, Bernard Charlès, a perçu 33,1 millions d’euros. François-Henri Pinault a touché 17,3 millions d’euros, dont une prime exceptionnelle d’un montant de 5,8 millions versée à M. Pinault « sans condition de performance”.

Des lois et encore des lois, qui ne changent rien

A chaque fois que le parachute doré d’un patron en déconfiture fait scandale 5, une nouvelle loi est votée, sous la pression de l’opinion publique, choquée par ces salaires extravagants que rien ne justifie. Mais force est de constater que ces lois n’ont AUCUN EFFET.

Censées garantir plus de transparence, inciter à la moralisation, encourager l’autorégulation, elles ne font que BRASSER DU VENT.

Le décret du 13 Juin 2012 établit que le rapport entre les salariés les moins bien payés et celui du patron d’une entreprise publique (détenues au moins à 50% par l’état) ne doit pas dépasser 1 à 20 6. Un tel rapport aboutit à un salaire annuel entre 300 000 et 400 000 euros. Mais ceci ne concerne qu’un tout petit nombre d’entreprises… et d’ailleurs de moins en moins puisque les privatisations continuent.

La loi Sapin 2 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique oblige les sociétés cotées à organiser un vote public des actionnaires pour approuver la rémunération des dirigeants.

La loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite loi PACTE 7, contraint les entreprises cotées à justifier la rémunération des dirigeants en fonction d’éléments de performance, financière et extra-financière. Elles doivent également indiquer l’écart de rémunération entre dirigeants et salariés ainsi que l’évolution de cet écart au cours des 5 derniers exercices.

Ce que ça change ? On connaît mieux les rémunérations des grands patrons, et dans certains cas les petits actionnaires peuvent s’opposer à leurs rémunérations, en général en vain.

Il faut aller plus loin -et vite

Le débat sur le rapport optimal / juste / justifié entre les plus bas et les plus hauts salaires au sein d’une entreprise est technique et stérile. Il aboutit à une multiplication des cas particuliers.

Il faut adopter une solution plus simple et facile à mettre en oeuvre.

Nous proposons d’établir un salaire maximal de 1 000 000 d’euros net par an.

Qui peut prétendre ne pas pouvoir vivre décemment, ne pas pouvoir assumer son statut, ne pas être rémunéré à sa juste valeur avec 1 000 000 d’euros par an ?

Qui peut prétendre valoir plus ?

Ce SMAC (Salaire Maximum avant Confiscation) serait naturellement indexé sur le SMIC. Vous allez voir que tout à coup les grands patrons vont militer pour l’augmentation du SMIC !

Quelques footballeurs, un ou deux chanteurs et acteurs éliront résidence en Belgique ou ailleurs ? Qu’ils s’en aillent. Tant pis pour les gens qui ne comprennent pas le sens de notre devise LIBERTE EGALITE FRATERNITE.

Mesdames et messieurs les candidats à l’élection présidentielle, quel que soit votre parti politique, prouvez-nous que vous avez à coeur de réduire les inégalités dans notre pays, et de mettre fin aux abus criants en matière de rémunération qui décrédibilisent notre modèle social, par une mesure symbolique mais très concrète.

  • Pour plus d’équité
  • Pour plus de solidarité
  • Inscrivez dans votre programme une mesure simple et radicale : le SMAC (Salaire Maximum avant Confiscation) à 1 million d’euros brut, indexé sur le SMIC.

Auteur : Patrick Lebrun

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (821)