Scandale des eaux en bouteille : que des mesures soient prises !

Destinataire(s) : Catherine Vautrin, Ministre de la Santé
Scandale des eaux en bouteille : que des mesures soient prises !
Il est temps d’agir. Cette tromperie aurait duré des années.[1]

Des années pendant lesquelles de grands industriels semblent (nous) avoir menti.

Ces industriels nous auraient caché que non seulement l’eau qu’ils pompaient était contaminée… mais que les systèmes de purification utilisés étaient interdits pour les eaux minérales et de source.[2]

C’est ce qu'ont révélé Le Monde et Radio France dans une enquête publiée récemment.[3],[4]

30% des marques (pour l’instant !) seraient concernées. Mais surtout, des dizaines de milliers de consommateurs auraient payé pour de l’eau minérale naturelle… qui n’était plus naturelle.[5]

En effet, des eaux vendues en bouteille avec l’appellation “eau de source” ou “eau minérale naturelle” auraient subi des traitements de purification similaires à ceux utilisés pour purifier l’eau du robinet, comme la microfiltration, les filtres UV, ou les charbons actifs.[6],[7]

Pour rappel, ces types d’eau sont censées provenir de sources préservées de toute contamination bactérienne ou chimique.[8]

La “pureté de l’eau” est pourtant l’argument de vente principal...

Pour bien comprendre la supercherie, il est important de faire la distinction entre les eaux minérales, les eaux de source et les “eaux rendues potables par traitement”.

Ce sont les deux premiers types qui nous intéressent. Elles sont normalement protégées du risque de contamination et de pollution, car elles proviennent des nappes souterraines et sont pompées en profondeur.

Les traitements de purification qu’elles subissent sont donc (normalement) extrêmement limités.

Or, cette pureté de l’eau, qui est d’ailleurs l’argument marketing principal de ces marques, n’avait apparemment plus rien ni de pur ni de naturel… puisqu’elle était traitée ![9]

C’est en effet ce qu’il ressortirait du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) remis confidentiellement au gouvernement en juillet 2022.[10]

Certaines marques d'eau en bouteille, présentées comme pures et naturelles, auraient donc été altérées par des pratiques non conformes visant à masquer leur contamination.[11]

Les filtrer de façon interdite aura peut-être évité un scandale sanitaire à grande échelle…

Mais il soulève de vastes interrogations sur la qualité des sources et des nappes phréatiques ! Quel est le degré de contamination ? A quoi cette contamination est-elle due ? Des analyses ont-elles été menées ? Que risque-t-on ?

Il en va de la confiance des consommateurs !

Le gouvernement était en outre au courant de ces pratiques frauduleuses mais n’a, à notre connaissance, pris aucune mesure...

Cela pose grandement question sur les mécanismes de régulation et de contrôle…

Mais ce n’est pas tout…

Le Gouvernement Français savait depuis longtemps !

En effet, en 2021, selon l’enquête du Monde et de Radio France, le Gouvernement a appris que certaines marques utilisaient des traitements non conformes afin de continuer à exploiter leurs usines d’eau minérales, dont les sources d’eau sont fréquemment contaminées.[12]

Mais au lieu de révéler le problème…

Notre gouvernement semble avoir décidé de fermer les yeux et de ne pas saisir la justice ni les autorités européennes, malgré son devoir d’informer notamment la Commission…

Pour quelle raison ? Pour protéger l’économie locale ? Pour protéger cette industrie ?

Les Français sont en droit de savoir pourquoi on leur aurait menti pendant des années.

Nous devons agir

Il est temps de réformer et de surveiller cette industrie qui se plaît tant à mettre en avant des arguments de santé pour vendre ses produits.

La plus grande transparence est nécessaire, c’est pourquoi j’ai besoin de votre aide. 

En signant cette pétition, aidez-moi à faire bouger les choses : 

  • Nous demandons des investigations approfondies pour identifier et poursuivre en justice les marques responsables de ces pratiques frauduleuses.
  • Nous insistons pour que l'industrie de l'eau en bouteille soit encadrée par des réglementations renforcées, qui garantissent le respect scrupuleux des normes de qualité et de sécurité. Notre sécurité n'est pas à négocier.
  • Nous réclamons des ressources et des organes de contrôle accrus pour les agences de régulation, afin qu'elles puissent exercer un contrôle infaillible. Il est temps de donner aux gardiens de notre santé les moyens de leur mission.
  • Une transparence totale de la part des entreprises. Nous ne nous contenterons plus de promesses ; nous voulons des preuves. Les entreprises doivent révéler sans détour leurs méthodes de production et les résultats de tests de pureté, sans rien cacher.
  • Nous réclamons que les appellations “eau de source” ou “eau minérale naturelle” soient retirées des étiquettes si ces eaux passent finalement par un système de filtration supplémentaire.
  • Nous appelons à des mesures immédiates pour conduire des analyses afin de s’assurer que la contamination des nappes phréatiques et des sources n’a pas de conséquences néfastes sur la santé.

Auteur : Thibaut de Santé Non Censurée

<% $t("Number of signatures:") %>

En signant la pétition j'accepte que Les Lignes Bougent traite mes données à des fins de gestion des signatures et des commentaires. J’accepte également d’être informé(e) des actions citoyennes initiées via Les Lignes Bougent. Pour en savoir plus sur ces traitements et sur mes droits, je consulte la politique de confidentialité. Tout commentaire doit respecter la charte des contenus de la communauté LLB. Lire la charte.
<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires