Pass Culture : arrêtons la gabegie !

Après le constat d’échec ils auraient dû arrêter les frais
Mais NON : à la place  ils se sont sucrés entre copains ! 

Adressé à : Emmanuel Macron, Président de la République,

En 2017, dans la précipitation, le nouveau gouvernement Macron a mis en place le « Pass Culture ».

Promesse de campagne oblige, ce projet avait été annoncé en fanfare sur tous les médias.

Le président l’avait présenté comme un vaste projet d’accès à la culture pour la jeunesse.

Le principe ?

Une enveloppe de 34 millions qui devait permettre aux 800 000 jeunes de 18 ans d’accéder à la culture, via un don de 500 euros par personne.

Riche idée n’est-ce pas ?

Deux ans après, c’est un échec complet !

Un pass pour écouter du rap et regarder des séries…

Les fonds qui étaient destinés à pousser les jeunes à aller vers la « culture » … finirent bien souvent chez les géants américains du divertissement : Netflix, Deezer ou Spotify.

Oui, vous avez bien lu :

L’argent des Pass Culture pouvait être utilisé pour acheter des abonnements sur des plateformes de streaming (vidéo en ligne) ou de musique ! [1]

… ou diminuer ses dépenses scolaires

Comme l’a révélé l’enquête de Mediapart:

« le livre arrive en tête des dépenses du pass mais se dirige surtout vers les classiques programmés dans le cadre scolaire, suivi de la musique, dont les trois quarts vont vers la plateforme de streaming Deezer ». [2]

Les seuls livres achetés avec le pass sont les livres obligatoires pour leurs études, et non des livres de leur choix pour « s’ouvrir à la culture » comme le voulait ce projet.

Conclusion : échec sur toute la ligne

En plus, seuls 25 000 jeunes l’ont utilisé (sur les 800 000 prévus) !

Et ils l’ont fait pour :

  • acheter les livres obligatoires qu’ils ne liront pas
  • ou pour s’offrir des divertissements tout sauf culturels…

Clair, net : que des bavures !

Un échec prévisible

Ma seule question est la suivante :

À quoi d’autre pouvait-on s’attendre ?

Je ne blâme pas la jeunesse (j’ai aussi été jeune !) je blâme l’incompétence et la gabegie des responsables qui ont cru que ce genre d’incitatif pécunier fonctionnerait.

Cette vision purement financière a fait fi de toutes les alertes des spécialistes du secteur.

Et en fin de compte c’est toujours le contribuable qui paie les pots cassés !

L’Italie avait pourtant démontré que ça ne marche pas

L’Italie a expérimenté un tel système… et avait déjà pu montrer ses faiblesses dès 2016 ! [3]

De la même façon que chez nous, les fonds ont été détournés de leur véritable fonction.

Macron a ignoré cet avertissement avec dédain, malgré l’évidence de l’échec à venir.

Mais le plus grave est ailleurs…

Un pass pour enrichir des incompétents

Le pass culture est un flop, mais pas pour tout le monde :

Une vraie aubaine pour les coquins du système !

Seul 1 million d’euro a été dépensé par les jeunes, mais l’enveloppe de 34 millions figure toujours au budget.

Où sont les 33 millions restants ?!

Les fonds attribués ont été largement gaspillés dans les honoraires des responsables du projet.

C’est d’autant moins justifiable que l’échec est total !

72 000 euros pour l’un, 170 000 euros pour l’autre !

Damien Cuier, président de la société Pass Culture, toucherait ainsi 170 000 euros par an, encore aujourd’hui !

Soit tout de même la bagatelle de 14 000 euros mensuels.  [4]

Pas mal pour un incompétent !

Son conseiller, Eric Garandeau, s’en sort encore mieux :

Sa rémunération atteint 6 000 euros mensuels… pour un tiers temps !

Et il y a encore pire :

651 000 euros dans sa poche !

Ce dernier est à la tête d’une société de conseil, Garandeau Consulting.

Principale mission ? Trouver des fonds privés pour financer le pass Culture.

Résultat ? Tout a été financé entièrement sur des fonds publics, car aucun acteur du privé n’a voulu mettre la main à la poche !

Malgré cet échec patent il a été plus que grassement payé :

Selon Mediapart toujours, entre septembre 2018 et mai 2019, l’Etat lui a versé 651 600 euros.  [5]

Tout ça, bien sûr, toujours À NOS FRAIS.

Un pass-culture qui n’aura servi que leur petit système

Finalement ce projet n’a servi qu’à 2 choses :

  • Obtenir les voix des jeunes et redorer son blason “culture” pour le candidat Macron qui en avait fait une promesse de campagne.
  • Enrichir des incompétents qui ont reçu le mandat de faire fonctionner ce projet grâce, visiblement, bien plus à leurs relations qu’à leurs compétences !

C’était donc du pur clientélisme électoral sur le dos du contribuable.

Arrêtons les frais !

La note est salée, et la plaisanterie a assez duré.

Nous demandons urgemment au gouvernement de mettre un terme définitif à ce projet qui gaspille notre argent au moment où nous en aurions bien besoin !

Une affaire de gabegie de plus de la part d’un gouvernement où le clientélisme est roi.

Signez la pétition !


Auteur : F. Duval

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (329)