Ségur de la Santé : NON aux mesures de « saupoudrage »

Adressé à : Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé

Oui ! Nous sommes déçus ou, plutôt, outrés de constater les issues du « Ségur de la santé » qui a, quand même, duré presque deux mois.

Le Président a parlé d’une revalorisation et d’un investissement durant la période où le coronavirus faisait des ravages dans le pays. Nous étions bien contents de l’entendre s’exprimer ainsi. Mais notre bonheur fut de courte durée.

Les résolutions prises à l’issue de cette réunion (de plusieurs jours) ne correspondent pas à l’enthousiasme dont le Président a fait preuve lors de son élocution.

Rappelez-vous ! Vous avez octroyé respectivement 7 milliards et 8 milliards d’euros à Air France et au secteur automobile. Et, vous ne comptez investir que 6 milliards d’euros pour l’amélioration du secteur de la santé ?

Une revalorisation de 300 euros, au moins

Nous sommes 1,2 million de personnes à travailler dans les centres hospitaliers publics pour servir nos concitoyens. Et, les 6 milliards que vous avez prévus ne suffisent pas à répondre à nos attentes.

Voilà pourquoi nous faisons appel à votre bon sens.

300 euros, au moins, c’est ce que nous vous demandons.

Le partage des gains, encore plus décevant

Nous ne trouvons aucune objection à ce que le personnel des établissements sanitaires privés reçoive les mêmes faveurs que ceux des établissements publics.

Cependant, nous jugeons quand même injuste de devoir partager les 6 milliards avec tous les autres professionnels de la santé.

Rappelons que cette somme ne suffit pas !

De plus, cette disposition n’était pas comprise dans le projet de relance de notre secteur. Revenez sur vos notes et faites les vérifications nécessaires !

En même temps, faites bien vos calculs. Vous pouvez constater par vous-même que la revalorisation dont il est question n’équivaut qu’à 260 euros.

Oui, vous prévoyez une rallonge qui s’élève à 300 millions d’euros en faveur des médecins, mais nous tenons à vous faire savoir que vous êtes encore loin du compte.

Un autre point à revoir

Qu’en est-il des recrutements ? Quand comptez-vous traiter ce sujet ?

Il s’agit d’un point crucial sur lequel repose le bon déroulement de notre travail. Le personnel médical manque. Notre effectif baisse toutes les semaines.

Nos collaborateurs n’hésitent pas à déposer leur lettre de démission dans le but de trouver un meilleur emploi et de meilleures conditions de travail.

Le « Ségur de la santé » n’est qu’un canular, un moyen de nous faire perdre du temps et de jouer avec nos nerfs.

Vous avez eu 7 semaines pour travailler sur notre cas. Comment se fait-il que le recrutement ait été exclu de votre ordre du jour ?

Nous réclamons des actions et des réactions plus réfléchies et plus responsables de votre part.

Nous nous joignons à Patrick Bourdillon, secrétaire fédéral au sein de la CGT-Santé pour vous dire que « ce n’est pas sérieux ».

Monsieur le ministre,

Nous faisons appel au médecin et à l’homme d’État, que vous êtes, pour considérer notre demande et revoir les dispositions prises dernièrement.

Reconsidérez vos priorités.

Comment est-il possible que vous accordiez aussi peu d’importance à un secteur clé ?

Nous nous attendions à une mesure bien plus mature de votre part.

Vous savez pertinemment que la somme octroyée au personnel médical ne correspond pas à la complexité des tâches qui lui sont confiées.

Vous parlez de refonte, mais un saupoudrage ne pourra pas nous emmener bien loin.

Nous écoutez-vous ? Non, nous comptons toujours nous faire entendre.

Chers confrères, amis concitoyens !

Ensemble, agissons et réagissons afin d’améliorer le secteur de la santé.

Rejoignez-nous dans ce combat et apposez vos signatures sur cette pétition pour notre bien à tous.


Auteur : Louis J.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (178)