Stop aux pesticides dans mon robinet

Destinataire(s) : Olivier Véran, Ministre de la santé
Stop aux pesticides dans mon robinet

L'association Générations futures a annoncé la découverte des traces de pesticides et de perturbateurs endocriniens dans l'eau du robinet. De leur côté, les autorités déclarent qu'il n'y a rien d'inquiétant sur la qualité de cette eau.

Les pesticides dans l'eau de robinet, est-ce dangereux ?

Plus particulièrement en zones rurales, environ un million de consommateurs reçoivent une eau non conforme. Les pollutions agricoles en sont les principales causes de contamination.

Près de 450 000 consommateurs utilisent une eau qui ne respecte pas les normes maximales en pesticides, alors que 148 000 autres consommateurs consomment une eau contenant des nitrates.

Dans les zones rurales de l'Est et les zones de montagne, le nombre des consommateurs d'eau contaminée par des bactéries ont baissé de 80 000.

Touchant seulement des faibles proportions de consommateurs, les autres contagions telles que le sélénium, l'arsenic, la radioactivité et autres sont plus limitées.

Depuis 2017, une amélioration progressive de la qualité de l'eau sans pesticides qui sont les sources des pollutions est notée. Toutefois, certaines études mettent à jour de graves carences sur la gestion des risques.

Une étude trop insuffisante

Grâce à leur association, les Générations Futures et l'UFC-Que Choisir ont prouvé les limites des analyses officielles. Il est fort possible que l'eau potable contienne 750 différents pesticides et plus avec leurs dérivés.

Seulement 206 d'entre eux font l'objet de recherche. L'Agence Régionale de Santé (ARS) se charge généralement de définir les molécules à rechercher suivant les spécificités agricoles de chaque lieu. Les analyses sont manifestement insuffisantes pour vingt départements.

Inférieure aux limites sanitaires, la présence de certains polluants dans l'eau du robinet est acceptable. Ce n'est pas le cas des perturbateurs endocriniens (p.e) qui sont extrêmement nocifs pour la santé même à faible dose.

Malgré la réglementation européenne interdisant la mise en vente des pesticides avec des propriétés p.e, des centaines de pesticides p.e restent sur le marché.

Cela est dû au niveau d'exigence requis pour prouver leurs effets dangereux sur le système hormonal. 28 % des analyses réputées conformes à la réglementation contiennent toujours des pesticides p.e.

Une eau saine pour 98 % des Français

En se basant sur les relevés des Agences Régionales de Santé, l'UFC-Que Choisir a démontré à l'aide d'une étude que la conformité de l'eau du robinet aux critères réglementaires commence à s'améliorer.

98 % des consommateurs français ont désormais accès à une eau saine respectant les critères sanitaires. Comparé à la précédente étude réalisée en 2017, c'est une progression notable de deux points et plus.

Cette amélioration est due à la fermeture des réseaux de distribution qui ont été contaminés par les pesticides. Les petites communes quant à elles ont eu la chance de bénéficier d'un financement de meilleure dépollution des eaux.

En revanche, la pollution des rivières et nappes phréatiques reste encore élevée.

Agissons ensemble et maintenant !

Les Générations Futures et l'UFC-Que Choisir nous incitent ainsi à consulter la carte interactive sur l'eau du robinet en vue de vérifier la qualité de l'eau potable que nous utilisons. Avec un accès libre, cette carte permet aussi de voir où elles sont dans la recherche de pesticides.

Réagissons pour empêcher cet empoisonnement. Les autorités sanitaires ont certainement vu les différentes études dans la presse et sur Internet démontrant la présence de résidus de pesticides dépassant les limites de quantification.

Rassemblons-nous pour demander à Olivier Véran, ministre de la Santé de faire enfin quelque chose. Une politique opérante pour réduire l'usage des pesticides doit être mise en place. Afin de limiter à moitié l'utilisation des pesticides d'ici 2030, agissons ensemble et sans tarder !

Auteur : Zoé B.

<% $t("Number of signatures:") %>

En signant la pétition j'accepte que Les Lignes Bougent traite mes données à des fins de gestion des signatures et des commentaires. J’accepte également d’être informé(e) des actions citoyennes initiées via Les Lignes Bougent. Pour en savoir plus sur ces traitements et sur mes droits, je consulte la politique de confidentialité. Tout commentaire doit respecter la charte des contenus de la communauté LLB. Lire la charte.
<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires