NETLFIX 
Ne fermons plus les yeux sur le coût écologique du streaming !

Adressé à : Reed Hastings, PDG de Netflix

Le streaming, c’est quoi ?

Le streaming (stream : flux, courant), c’est par exemple, le fait d’écouter de la musique sur son ordinateur ou sur son téléphone sans l’avoir téléchargée. Il suffit de s’inscrire sur une plateforme de streaming, moyennant un abonnement, pour avoir un accès illimité à la base de stockage musicale.

Fondée sur le même principe, Netflix, une multinationale américaine créée par Reed Hastings, a élargi l’offre en devenant le leader de la distribution et de l’exploitation des œuvres cinématographiques et télévisuelles.

Un véritable succès, puisque fin 2018, selon le rapport de l’Arcep, Netflix représentait à lui-seul 23 % du trafic internet français, avec plus de 5 millions d’abonnés.

Netflix 23% du trafic internet français

Un succès aux conséquences écologiques désastreuses

Oui mais voilà : par ce geste anodin entré dans la vie quotidienne, ce que la plupart des internautes ignorent, c’est qu’ils contribuent indirectement à un désastre écologique !

Le streaming vidéo est en effet pointé du doigt et accusé par un certain nombre d’associations d’être une véritable usine à CO2.

Ainsi, le groupe de réflexion The Shift Project, engagé pour « décarboner » l’économie, affirme dans une étude publiée en juillet 2019 que le streaming vidéo est responsable en 2018 de l’émission de 306 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit l’équivalent de la production de gaz à effet de serre émis par l’Espagne !

Le lien entre cette pratique qui enchante pourtant les internautes, et le dégagement de dioxyde de carbone peut étonner.

L’équation est pourtant simple : le stockage d’une telle quantité de vidéos requiert d’énormes quantités d’énergie pour fabriquer, alimenter et entretenir les centres de données.

Une consommation estimée par Greenpeace à 7% de la consommation mondiale d’électricité en 2017, mais ces chiffres risquent d’augmenter de façon considérable avec l’intensification du trafic internet et l’explosion des besoins de stockage.

Qu’attendons-nous pour réagir ?

La priorité face à cette menace bien réelle, c’est tout d’abord de sensibiliser la population quant aux conséquences d’une utilisation exagérée du streaming. Un défi de taille dans un monde de consommation frénétique, puisque la plupart des internautes sont séduits par cette technique permettant un accès direct et illimité à toutes sortes vidéos.

Mais ce besoin compulsif ne peut-il être freiné, au regard des enjeux environnementaux qui mettent en péril notre planète ?

Il est aujourd’hui essentiel de pouvoir faire évoluer les pratiques par une prise de conscience des enjeux écologiques à l’échelle de chaque citoyen !

Il faut ensuite faire pression sur les entreprises du secteur informatique pour les obliger à s’engager pour un approvisionnement basé sur des énergies renouvelables.

Il est donc urgent de pousser Netflix à abandonner les énergies polluantes pour faire fonctionner ses énormes serveurs de stockage !

Et pourquoi ne pas s’inspirer du modèle mis en place par le moteur de recherche Ecosia, qui investit une partie de ses bénéfices dans la plantation d’arbres ?

Ecosia

Une initiative originale qui ouvre la voie (et la voix) vers une infinité de solutions, sous réserve que chacun, entreprise comme particulier, participe activement à la sauvegarde de l’environnement.

Demandons tous ensemble à M. Reed Hastings, PDG de Netflix, de s’engager sans plus tarder dans la sauvegarde de notre planète !

  • (1) https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/netflix-pesait-23-pourcent-trafic-internet-en-france-fin-2018-n88721.html
  • (2) https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/le-streaming-video-une-usine-a-co2-68488/
  • (3) https://www.greenpeace.fr/il-est-temps-de-renouveler-internet/
  • (4) https://www.hitwest.com/podcasts/ecosia-le-moteur-de-recherchequi-plante-des-arbres-9754

Auteur : Simon Durand

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (190)