Stop à la folie sécuritaire

Adressé à : Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur.

Ces dernières années, nous avons remarqué que l’intelligence artificielle a beaucoup évolué, à tel point que les dispositifs de sécurité se sont transformés en de véritables machines de guerre. 

Cependant, une guerre contre qui ? Contre des citoyens qui ne font que vivre leur vie.

Oui, ils ne peuvent plus circuler à leur guise sans avoir l’impression d’être traqués en permanence par des forces dont ils ignorent le pouvoir. 

Ils ne peuvent plus utiliser Internet sans prendre des mesures strictes pour protéger leurs données personnelles.

 

Un pays sous surveillance

Entre le risque terroriste, la délinquance ou encore les virus contagieux, il est normal que les gouvernements cherchent à lutter contre ces dangers perpétuels.

Cependant, on commence à avoir peur des dérives que cela peut engendrer.

Grâce aux nouvelles technologies et à l’intelligence artificielle, de petits logiciels peuvent permettent à quiconque de tracer les déplacements, les fréquentations et les activités de n’importe quelle personne sur terre. 

Tous ces films, ces séries comme Black Mirror, qui nous ont tant fait peur commencent à devenir une réalité.

En prenant le prétexte de la sécurité, de nombreux pays commencent à se mettre à la surveillance généralisée de la population

 

Trop de sécurité tue la sécurité

Les créations d’AnyVision qui datent de 2015 ont suscité l’engouement d’une quarantaine de pays. 

Des outils de reconnaissances faciales et des dispositifs de surveillance des espaces publics sont installés partout. Ils nous effraient !

Lorsque nous pensons à ces appareils de détection d’émotions installés à Nice, à ces capteurs de bruits placés à Saint-Étienne, nous nous demandons s’ils ne risquent pas de nuire à notre vie privée.

Lorsque nous réfléchissons aux impacts de la surveillance de nos comptes sur les réseaux sociaux, nous sommes effrayés.

Jusqu’à quand devons-nous vivre ainsi ?

Oui, nous sommes conscients de l’importance de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies pour notre sécurité, mais nous tenons à notre liberté.

 

La nouvelle technologie, une solution et non un moyen de répression

Les alarmes, les caméras de surveillance, et les détecteurs de mouvements sont, à notre connaissance, des outils qui nous permettent de vivre sereinement.

Ils sont censés nous protéger des intrusions. Cependant, depuis quelque temps, nous avons la sensation qu’ils mettent plutôt notre liberté en danger. 

On nous surveille 24h sur 24 et 7 jours sur 7, comme si nous étions des malfaiteurs suspectés d’avoir commis le plus grave des crimes.

Est-ce à cause de leur facilité de manipulation et de leurs performances que l’on se permet de les utiliser pour nuire à notre vie privée ? 

Certes, le but est de garantir notre sécurité, mais nous déplorons l’usage abusif de ces outils.

Au-delà de leurs objectifs sécuritaires, la nouvelle technologie en a un autre : réprimer.

Oh combien il est effroyable d’entendre le chercheur chinois à l’origine du « crédit social » vanter sa trouvaille et dire que la France aurait dû adopter la même stratégie pour éviter le mouvement des gilets jaunes.

Pour rappel, le « crédit social » est un moyen de noter les citoyens, grâce au recueil d’informations via l’intelligence artificielle. 

Actuellement, il compte d’innombrables victimes, dont les ouïgoures. 

Le documentaire « Tous surveillés : 7 milliards de suspects » de Sylvain Louvet, montre clairement à quel point il met la liberté d’expression en danger.

Espérons que le même schéma ne soit pas reproduit dans notre pays.

Disons stop à cette nouvelle forme de répression.

La nouvelle technologie est, pour nous, un moyen de nous épanouir.

 

Retrouvons notre liberté

La France est une République libre et démocratique. 

Nos ancêtres se sont battus pour cela. 

Ils ont dû guillotiner un Roi, gagner des guerres, se battre pour obtenir des droits simples comme la liberté d’expression et de pouvoir circuler. 

Les Français sont particulièrement attachés à leurs libertés individuelles et à leurs droits. 

S’il le faut, ils se battront de nouveau pour les conserver. 

Notre Constitution entière est basée sur ces libertés.

Vous ne pouvez pas imposer la surveillance de la population en prenant le prétexte de la sécurité. 

Bien que les Français soient sensibles au besoin de rester en sécurité, la surveillance n’est pas une solution. 

Vous ne pouvez pas prendre comme exemple des pays communistes, avec un dictateur ou qui n’ont tout simplement jamais eu besoin de se battre pour obtenir des droits. 

Monsieur Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur,

Nous savons à quel point vous tenez à la liberté de vos compatriotes.

Ainsi, nous vous adressons les requêtes suivantes :

– Servons-nous de la nouvelle technologie ainsi que de l’intelligence artificielle à bon escient.

– N’abusons pas de la surveillance en prétextant qu’il s’agit d’une mesure sécuritaire.

Ne fonçons pas tête baissée dans cette course effrénée à la recherche de la sécurité ultime. Elle ne compte pas si elle nuit à notre bien-être.

Accordons-nous le droit de vivre sans pression et signons cette pétition au nom de la liberté et de la protection de la vie privée.

Il est temps de mettre fin au totalitarisme technologique et sécuritaire.


Auteur : Gilles V.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.postalCode %> <% signature.name %> <%signature.surname %>

Commentaires (1843)