STOP aux nanomatériaux dans nos aliments

Adressé à : Olivier Véran, Ministre de la Santé et des Solidarités

Les nanomatériaux sont de plus en plus utilisés. Ils entrent aujourd’hui dans la composition de multiples produits du quotidien, dont certains aliments.

Pourtant, les scientifiques eux-mêmes en ignorent les impacts sanitaires.

Ces particules microscopiques sont plus petites que les cellules.
Elles peuvent traverser les membranes et migrer vers les organes ou tissus de l’organisme.

Quels sont les risques des nanomatériaux sur la santé des consommateurs ?

On l’ignore. Et personne ne semble vouloir le savoir !

Les nanomatériaux se dégradent-ils dans l’organisme ? Peuvent-ils interagir avec nos cellules ? Quels sont leurs effets sur le corps humain ?

Les scientifiques l’ignorent encore.

L’ANSES demande aux fabricants d’en limiter l’utilisation.
Sans résultats.

Seule une dangerosité prouvée pourra forcer l’interdiction de ces particules potentiellement toxiques.

Trop de questions restent aujourd’hui sans réponse, malgré les mises en garde

Inquiète, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a évalué la présence des nanomatériaux dans l’alimentation.

Résultat ?

37 substances comprenant des nanoparticules avérées ou suspectées seraient utilisées en tant qu’additifs ou composants par l’industrie agroalimentaire.

37 ingrédients qui nous tuent peut-être, silencieusement.

Carbonate de calcium, dioxyde de titane, hydroxydes de fer, phosphates tricalciques…

Ces composants au nom imprononçable se retrouvent dans les laits infantiles et barres de céréales, alors que nous ne savons rien d’eux.

Nous ne pouvons plus fermer les yeux.

Nous ne pouvons plus ignorer le risque.

On nous intoxique sûrement à petit feu, sans que personne ne le sache.

Quels aliments sont concernés ?

Les céréales de petit-déjeuner, les viennoiseries et desserts surgelés, les confiseries et même le lait infantile…

Près de 900 produits alimentaires contiennent au minimum un ingrédient ou additif dont la présence de nanomatériaux est avérée.

900 produits contiennent au moins une substance dont nous ignorons tout des impacts sanitaires.

Ce recensement a été réalisé avant la suspension tant attendue du E171 en France. Combien de produits dangereux sont encore autorisés ?

Combien de poisons l’industrie agroalimentaire est-elle encore autorisée à vendre ?

Beaucoup trop.
C’est pourquoi…

Nous demandons une évaluation des dangers des nanomatériaux présents dans l’alimentation

Face à leur démocratisation, l’évaluation du risque sanitaire de chacune de ces particules est devenue indispensable.

Vous avez forcément consommé ces nanomatériaux mystérieux.

Vous en avez donné à vos enfants, croyant bien faire.

L’ANSES a beau demander une évaluation sanitaire et alerter sur leur potentielle dangerosité…
Aucune étude n’est financée.

Les entreprises agroalimentaires préfèrent maintenir le doute pour continuer à produire leur poison comestible.

Pourquoi ?
Trop cher, trop compliqué, pas assez rentable…

Comme souvent, la santé des consommateurs est oubliée.

Aujourd’hui, faisons valoir la parole du peuple

Rassemblons-nous pour demander, enfin, des recherches approfondies sur l’impact sanitaire des nanomatériaux.

Unissons-nous pour interpeller le gouvernement et faire interdire les particules dont les risques sont avérés pour la santé.

Empêchons l’industrie agroalimentaire de nous empoisonner, sous l’excuse de l’ignorance.

Demandons tous ensemble à M. Olivier Véran, Ministre de la Santé et des Solidarités, d’imposer des études fiables sur les nanomatériaux et leurs effets sur l’organisme.

C’est notre santé à tous qui est en jeu.

Signez.
Faites circuler le message.
Montrez au ministère que nous n’ignorerons pas plus longtemps ce danger.


Auteur : Thibault G.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (1375)