Le Tramadol sous surveillance : une 1ère victoire contre les opioïdes !

Il y a quelques mois, un membre de la communauté LLB a fait part de son inquiétude sur la dangerosité du marché des opioïdes en France à Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn à travers une pétition signée par plus de 20’000 personnes.

Aujourd’hui, les choses ont enfin changé car nous apprenons dans le journal Le Monde que le Tradamol, l’un des antidouleurs de cette catégorie de médicaments, va être placé sous surveillance dans notre pays.[1]

Pour rappel les opioïdes, ce sont ces médicaments forts parmi lesquels on retrouve l’OxyContin® ou le Durogesic® (à base d’oxycodone), le Fentora® (fentanyl), le CoDoliprane (codéine) et le dramatique Tramadol.

Ces opioïdes forts « légaux » peuvent être cent fois plus addictifs que des drogues dures – l’héroïne, l’opium ou morphine, toutes les études le montrent [2].

Le Tramadol, plus particulièrement, présente de nombreux effets secondaires terribles : [3] vomissements, vertiges, nausées, troubles du sommeil, réactions cutanées, accélérations du rythme cardiaque, sensations d’étouffement.[4]

Des milliers de personnes disent vivre un enfer sous son emprise.

A partir du 15 avril 2020, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé va rendre obligatoire le fait que l’ordonnance de Tramadol doit être renouvelée tous les 3 mois contre 12 actuellement.

Le but de cette mesure ? Diminuer les risques d’addiction ou de surdosage.

En 2017, 6.8 millions de Français en ont pris au moins une fois selon Le Monde !

Réjouissons-nous de cette avancée majeure dans le contrôle des prescriptions mais soyons réalistes : il reste beaucoup de chemin à parcourir car la classe des opioïdes concerne de nombreux autres médicaments dangereux et le mieux serait d’interdire le Tramadol tout simplement !

Il est plus que jamais nécessaire de :

–      Renforcer le contrôle des prescriptions de tous les opioïdes

–      Faire une enquête de toxicité pour tous ces médicaments

–      Exiger une transparence totale des laboratoires qui les fabriquent

C’est pour cela que je vous invite à ne pas baisser les bras et à continuer ce combat contre des substances toxiques et dangereuses qui n’ont rien à faire dans notre pays.

Signez dès maintenant la pétition Médicaments opioïdes : stop au marché de la honte ! et joignez vos forces aux nôtres.

 

 Médicaments opioïdes :  

stop au marché de la honte !

Les opioïdes sont déjà responsables d’au moins 4 décès par semaine. Ils sont devenus la première cause d’overdoses mortelles entre 2000 et 2015. Signez la pétition !

    Je signe la pétition     

 

Vous l’avez déjà signée ? Faites le savoir à votre entourage : transférez tout simplement cet email à vos contacts ou partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

Nous sommes déjà plus de 20’000 à avoir signé cette pétition mais ils nous entendront davantage si nous sommes 50’000 !

Un petit pas vient d’être fait pour le Tramadol, nous ne nous battons donc pas pour rien !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Évoquez votre ressenti lors de la signature de la pétition ou cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

 

Opioïdes STOP

 Médicaments opioïdes :  
stop au marché de la honte !

Les opioïdes sont déjà responsables d’au moins 4 décès par semaine. Ils sont devenus la première cause d’overdoses mortelles entre 2000 et 2015. Signez la pétition !
    Je signe    

 

 

Références : 

[1] https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/01/16/l-agence-nationale-du-medicament-place-sous-surveillance-le-tramadol-un-medicament-opiace_6026029_3224.html

[2] Morphine et opioïdes forts : puissants contre les douleurs mais très addictifs, pourquoidocteur, décembre 2018, consulté en avril 2019, disponible sur : https://www.pourquoidocteur.fr/Traitement/6-Morphine-et-opioides-forts-tres-puissants-contre-les-douleurs-intenses/p-43-MOLECULES-Morphine-et-opioides-forts

[3] Opiacés et opioides, Sos Sos Sos craving tramadol, psychoactif, février 2014, témoignages consultés en mai 2019, disponible sur : https://www.psychoactif.org/forum/t9864-p1-Sos-Sos-Sos-craving-tramadol.html

[4] Base de données publiques des médicaments, TRAMADOL BIOGARAN LP 150 mg, comprimé à libération prolongée, mars 2019, consulté en mai 2019, disponible sur : http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=67774686&typedoc=N

 

 

S’abonner
Notifier de
92 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
nicole vast
8 mois il y a

c’est certainement une saleté mais quand vous avez la maladie du trijumeau , vous etes bien contents de prendre tout et n’importe quoi du moment que ça vous soulage , connaissez vous cette maladie qui vous fait hurler de douleur ? non , certainement pas , trouvez la solution qui nous empechera de souffir et ensuite jetez le tramadol !

Daniel Camarotto
8 mois il y a

Lorsque vous avez une douleur intense en permanence due à des rhumatismes déformants au point d’envisager de mettre fin à vos jours tellement c’est insupportable, quelle solution avez vous ?
j’ai fait le tour des thérapies alternatives, car comme beaucoup, je ne veux pas être dépendant de ces produits forts, efficaces.
Comment faire malgré, les désagréments que ces derniers occasionnent, pour diminuer de manière notoire cet enfer de la douleur ?
Je vous remercie de m’apporter une solution efficace pour enfin pouvoir vivre sans les désagréments insupportable de la douleur d’une part et d’autre part des vertiges et vomissements générés par les médicaments.

Daniel Camarotto

Jean-Pierre ZOZIME
8 mois il y a

Cet appel à pépétition diabolise un produit bien utile et donne informations inexactes et partisanes.
Par exemple le travail n’est pas plus dangereux ni plus addictogéne que l’Héroïne. Il est délivré sur prescription médicale de doute façon.
Qu’est-ce qui motive un tel acharnement ? Nous ne sommes pas aussi USA.

SERRAT
8 mois il y a

Que reste-t-il aux personnes qui souffre d’une manière permanente ou récurrente, si l’on met des interdits sur tout. La posologie doit être adaptée par le médecin, et les pharmaciens doivent veiller à une juste observation des ordonnances.
Je ne signe pas, on parle de l’accompagnement de la douleur et l’on enlève petit à petit les médicaments qui ont une efficacité sur celle-ci.

phil
8 mois il y a

Interdire le tramadol ?
Et pour les personnes qui souffrent de douleurs non soulagées par les antalgiques de 1ère intention ? On donne quoi ? Des huiles essentielles de lavande ?
C’est n’importent quoi…

Luciani
8 mois il y a

Ah bravo ! Avez vous pensé à tous ces gens qui souffrent tous les jours et qui ne voient un peu d’espoir que dans la prise de ces medicaments, du tramadol, de la codeine, vous qui avez l air si fort et intelligent que puis je faire, que puis je prendre donnez des solutions au lieu d’emmerder ceux qui souffrent avec vos bonnes paroles. Êtes vous déjà allé dans un centre anti douleurs? Alors fermez là vous et tous ces beaux parleurs et laissez nous nous soigner comme nous pouvons. Bien sûr que nous avons des nausées, bien sûr que nous avons des effets secondaires, mais au moins nous avons l’impression de ne pas souffrir 24 heures sur 24.

Nath
8 mois il y a

Je ne signe pas. Les contrôler oui, les interdire non.
J’ai donné avec succès du Tramadol à mes animaux il y a quelques années (sous ordonnance vétérinaire bien sur, et la pharmacie a relevé le n° de ma carte d’identité. ) En revanche je suis tout à fait d’accord pour que, au lieu de vendre une bouteille de 300 ml par exemple alors qu’il n’y a besoin que de 100 pour la totalité du traitement, elle puisse délivrer la dose exacte nécessaire. D’ailleurs c’est comme cela que ça se passe pour les médicaments vétérinaires (Baytril en antibiotique, Métacam en anti-inflammatoire par exemple.) J’ai obtenu un flacon plein (dont il est resté du rab qui a fini rapporté à la pharmacie) parce que c’est un médicament d’abord vendu « pour les humains. »
De plus, j’ai appris dernièrement que les vétos sont très vigilants car certains propriétaires d’animaux profiteraient de la délivrance de ces médicaments pour le marché noir ! Alors oui, un contrôle renforcé est plus que nécessaire. Une interdiction pure et simple c’est dans certains cas bien dommage d’être privé d’un antidouleur qui marche, tant qu’on en fait bon usage bien sur.

Girardeau
8 mois il y a

Je prend du tramadol 150 matin et soir depuis 5ans et pas de problème par contre si j’en prend pas je reste coucher je peut pas me lever en ce moment je prend du 200suite a une opération du genou je préfère prendre ça a la morphine car je n’est pas dallucination si l’on respecte les doses c’est très bienet je prend du Doliprane 1000 4a5fois par jour en plus

COLOMBAUD-LIBES
8 mois il y a

Il y a quelques mois, j’ai eu une grosse bronchite et en toussant je me suis fracturée une côte et je peux dire que c’est extrêmement douloureux et si je n’avais pas eu de tramadol pendant plus de quinze jours plus un autre opioïde a pendre a la demande. Lorsque je suis allée mieux, avec mon médecin nous avons mis en place la période de sevrage et il n’y a pas eu de problème. Si il y a des imbéciles qui profitent de ces médicaments pour se droguer, qu’ils pensent a ceux qui sont vraiment malades. Parce qu’à force de supprimer des médicaments qui servent a soigner des malades, a cause d’inconscients, que vont faire les malades ?

Marie-Pierre Verdier
8 mois il y a

Je ne suis pas d’accord avec cette pétition, je suis pour une dispensation CONTRÔLÉE des opiacés de niveau 2, on n’a pas déjà pas beaucoup d’analgésiques de disponibles, que faire quand les antalgiques de niveau 1 ne suffisent pas ?

Cathwi
8 mois il y a

Le tramadol m’a soulagée après une opération d’une hernie discale paralysante. Je l’ai pris pendant 10 mois, et s’il a fallu une semaine de «  manque » à la fin du traitement,ce n’est vraiment rien comparé aux douleurs à hurler de ma pathologie…

Six
8 mois il y a

Quand vous aurez un membre de votre famille (ou vous-même) qui souffre vraiment beaucoup ou même atrocement, vous ne parlerez pas de la honte des opiacés mais vous vous féliciterez que ce type de médicament existe…en France…
Il ne faut pas confondre le mésusage des médicaments et les médicaments eux-mêmes.
J’ai honte de votre pétition !

Appert
8 mois il y a

Je prends de Xprim (tramadol+paracetamol) depuis 2012 !
Et je compte bien continuer…..sinon je ne peux 0lus marcher ni bouger et deviendrais exécrable !
Je vais consulter mon médecin….radios etc….ordonnance pour 3 mois et mon pharmacien contrôle
Je suis en accord avec ceux qui ont posté leur avis sur cet article…que propose vous comme alternative, ?
On ne prends pas cet anti douleur pour se « shooter » …mais tout simplement pour « vivre ».
La souffrance sur terre doit être à bannir car elle ne mènera pas au paradis.

Jantelet
8 mois il y a

Je vis grâce en partie au tramadol et c’est le troisième médicament antidouleur qui va m’être retiré.. merci aux veilleurs en bonne santé qui vont nous permettre de vieillir un peu plus isolés.

Ferrere
8 mois il y a

J’ai une sclérose en plaques avec des douleurs neurologiques que seuls les malades peuvent comprendre
J’ai eu des bolus de cortisone tous les 6 mois que je gérai bien pendant des décennies comme traitement
La neurologue qui me donnait ce traitement est partie à la retraite
Son remplaçant vient vient de me supprimer le traitement de corticoïdes et a augmenter les anti douleurs dont le tramadol….
Les bolus de cortisone reviennent chers alors quelques antidouleurs….

LEPETIT
8 mois il y a

Je suis tout a fait d’accord avec les autres commentaires. Que proposez-vous comme médicaments moins toxiques lorsque les douleurs sont insupportables. Arretez de tout interdire. Nous sommes en démocratie mon cher Julien

Deze
8 mois il y a

Je ne suis pas totalement d’accord avec vous. Je prends tramadol depuis 2000 et ouf que je l’ai eu car là douleur était insupportable. J’ai gardé une fibrose suite à une hernie discale. J’ai essayer d’arrêter quelques années après et malheureusement la douleur revenait. J’en prends toujours actuellement mais depuis plus d’un an je diminue la dose tout doucement. Car il ne faut pas que ce soit brutal. Du coup de 200mg. J’en suis à 150 tous les 2 jours le matin et 100mg le soir . Je vais d’ici 3 mois redescendre à 100mg matin et soir et diminuerait à 50 mg en 6 mois. Effectivement la dépendance est très forte , car quand vous l’oubliez vous avez des agaceries dans les membres et il vous faut plus de 2h après pour ne plus en avoir. (Je souffre d’insomnie aussi) et La douleur revient sinon et vous êtes très très fatigué sans votre dose quotidienne. Il est vrai que ce médicament est une drogue mais ne donne pas d’effet de voir des éléphants roses. Sans ce médicament je n’aurais pu supporter la douleur. Par contre il faut diminuer très progressivement sinon sa ne marche pas. J’espère ne plus en avoir besoin d’ici 1 an voir 1 an et demi. Donc oui pour ce médicament mais pour une diminution lente après coup.
L’interdire serait une bêtise car j’en avais essayer de nombreux à l’époque et c’est le seul qui as su m’oter la douleur.
Cordialement Jean Yves.

Valérie Martens
8 mois il y a

Bonjour,
Je rejoins les personnes ici qui ne comprennent pas votre souhait de bannir ce médicament. On voit que vous n’en avez jamais eu besoin. Tant mieux pour vous. Mais les autres?

Non. Je ne signerais pas non plus votre bannière de guerre. Pas tant qu’on n’aura pas trouvé une molécule pour le remplacer.

Cest très bien de renforcer la surveillance du tramadol, mais le supprimer? Quid des dizaines de milliers (millions ?) de personnes qui parviennent à vivre debout grâce au Tramadol?

Voulez-vous nous mettre d’emblée sous morphine? Pour combien de temps ? Jusqu’à la fin de notre vie pour beaucoup ? Et quid de ceux qui ne supportent pas la morphine ?

Atteinte d’une sclérose en plaques depuis 1994 et d’une hernie discale peu après (suite à un geste maladroit d’un ostéopath me laissant avec une sciatique paralysante bilatérale) je suis sous Tramadol LP 200mg depuis 2002, qui soulage les deux types de douleurs qui bombardent mon enveloppe terrestre depuis cette date. Je remercie chaque jour les médecins et laboratoires qui ont développé cette molécule.

Je suis désolée pour ceux qui ne supportent pas la molécule ou qui ont une fragilité d’addiction, mais l’interdire ? Et les autres alors? La majorité silencieuse ?

On les colle sous morphine.. ou rien?

Pour certaines pathologies qu’on ne sait pas encore traiter, il ne reste que la patience et la gestion de la douleur, à vie.

Je souffrais déjà terriblement avec la sep et lorsque les suites de la hernie (opérée pourtant) s’y sont ajoutées, je ne pouvais pas dormir plus de 1h30 d’affilée (quand j’y arrivais!) à cause de la douleur. Je ne supporte pas la morphine et j’ai fait une grave dépression au bout de 2 ans sans sommeil. On ne peut pas vivre sans sommeil. Le tramadol m’a sauvé la vie: Tramadol + Lyrica et l’enfer s’est dissipé. J’ai le même dosage depuis 18 ans.

Je ne serais plus ici sans le Tramadol. Donc non. Je ne signerais pas votre pétition.

Isabelle Avisse
8 mois il y a

Je trouve votre texte absolument scandaleux, vous parlez sans savoir de quoi vous parlez, avec un esprit sectaire et partisan tout à fait effrayent, interdire le tramadol ? Et comment feront les gens qui souffrent et qui ne trouvent la paix que grâce à ce médicament extraordinaire ?… Je prendrai mon exemple : voilà 6 ans que je prends du tramadol tous les jours pour des discopathies dégénératives qui me font beaucoup souffrir et me handicapent terriblement. Grâce à ce médicament, j’ai pu retrouver une vie à peu près normale : me déplacer à pied, en voiture, partir en vacances, aller passer des soirées chez les amis, rester assise alors que je ne le pouvais plus… En outre, je le supporte très bien : aucun des effets secondaires que vous mentionnez ne m’ont jamais affectée. En 6 ans, j’ai arrêté 3 fois d’en prendre deux mois durant, sans aucun effet d’addiction à déplorer : aucun sentiment de manque ou autre effet secondaire. Que proposez-vous, « Monsieur-je-sais-tout-en-vérité-je-n’y-connais-rien-du-tout » aux gens qui ont des douleurs chroniques incurables ? Qu’ils continuent à souffrir, à être empêchés, juste parce que des incompétents de votre classe, dont on ne sait même pas d’où ils sortent, décrètent que ce sont des poisons ? Il n’existe pas d’autres médicaments que les opiacés pour les gens douloureux (et souvent, handicapés) incurables comme c’est mon cas, et je le répète : ce médicament m’a rendu la vie ! Et vous voulez le faire interdire ?… Les mots me manquent pour vous dire ce que je pense de vous…

Anne-Marie
8 mois il y a

Désolée, je ne signe pas moi non plus. Pour ma part je suis intolérante au paracétamol qui est mauvais pour le fois. L’aspirine, quand à elle, est mauvaise pour l’estomac. Le Tramadol est un opioïde. Il est le dernier recours avant les AINS, qui sont également « torrides » pour l’estomac. Alors!! Dites-moi!! On fait quoi maintenant?
Comme toutes les témoins précédents, je me pose la question… On se flingue tout de suite ou on souffre en silence. Merci. Bonne journée.

Sophie Lemoine
8 mois il y a

Le « spécialiste » qui a écrit cette pétition pourrait-il m’expliquer comment il se fait que des médecins délivrent des ordonnances de tramadol valables un an, alors que pour tous les autres médicaments, l’ordonnance est donnée pour « un mois, renouvelable deux fois, » ce qui veut dire trois mois maximum, ce qui oblige pour par exemple, une banale ordonnance de Lévotyrox à aller consulter son médecin tous les trois mois. Alors du Tramadol pour douze mois, je rêve

Cornet
8 mois il y a

Vous êtes des malades !
Le Tramadol n’est dangereux ou addictif que si vous dépassez les doses ou si vous le prenez en permanence…
Un médicament est fait pour un traitement et la durée de ce traitement.
Après des opérations osseuses et la pose de prothèses, j’ai eu recours à ce médoc pour la durée de la cicatrisation + 2 semaines. Sans cela c’était insupportable. J’ai arrêté sans problème en diminuant les doses dans le temps du traitement.
Ceux qui se shootent ou qui prennent de l’alcool avec ou je ne sais quoi, sont dans les contre-indications et c’est leur problème. Mais foutez la paix à ceux qui en ont un besoin clinique contrôlé…
On ne conduit pas une voiture avec des freins défectueux, le Tramadol c’est la même chose, comme beaucoup de médicaments : Ne pas dépasser la dose prescrite.
Faire interdire l’ibuprofène en vente libre, ça oui !!! Le Tramadol NON !
Ah oui, j’ajouterais que les labos ce ne sont pas mes amis…

Dupuy
8 mois il y a

Je me demande QUI a intérêt à supprimer ce produit qui soulage tant de gens qui souffrent. Cela dérange QUI . Si vous aviez des douleurs atroces, vous feriez des pieds et des mains pour être soulagé. Alors foutez la paix à ceux qui ont mal et arrêtez de raconter des foutaises pour effrayer les gogos

Freytag
8 mois il y a

Bonsoir,

Je rejoindrai moi aussi beaucoup des témoignages des internautes et « collègues de la douleur » ci-dessous…vivre tous les jours avec la douleur… le Tramadol a été et est le seul médicament à pouvoir m offrir un peu de répit ce qui me permet de bouger et d avoir accès à une vie sociale et à continuer à être pour mon fils un soutien dans son handicap. Ne tomber pas dans la généralisation basique de la dépendance …Il appartient à chaque malade avec son médecin de mesurer le bénéfice risque et de prendre ses propres décisions en conséquence. Vouloir supprimer le Tramadol non souligner ses effets secondaires oui mais les médecins le font déjà et avec plus d objectivité !

marie pelfort
8 mois il y a

Bonjour,
Vous faites comment quand vous avez mal aux dents?
Vous faites comment quand vous avez une personne agée percluse de douleurs au point de ne pas pouvoir faire la réeducation suite à une fracture du col du femur? Dans ce cas là -il s’agit de ma mère- c’est la morphine qui lui a permis de remarcher et à quatre vingt dix ans je crois que ce n’est pas grave d’être morphinomane! surtout quand ça permet de vivre sans trop souffrir sur les plans physique et psychique.
Je suis assez satisfaite que la morphine et les opioïdes soient dédiabolisés, ce n’est pas le cas dans tous les pays.En plus, je suis contente car, quand je serais trés vieille ,je n’aurais pas besoin d’aller finir mes jours en Asie dans une fumerie d’opium!
Je plaisante mais je ne comprend pas votre démarche sur ce sujet.Je peux vous assurer que les prescriptions sont trés, trés controlées.
Arty

Parmentier
8 mois il y a

J’ai eu la malchance de devoir en prendre à dose maximale durant des années, le seul médicament qui me soulageait bien, pas de débordements de ma part, après intervention chirurgicale plus besoin, mais peut-être remplacé par le protocole par un équivalent, a l’arrêt total sur plusieurs jour des médicaments de remplacement aucun inconvénient repéré, pas d’addiction. Par contre plusieurs années après reprise pour un autre cas semblable arthrose, gêne trouble pendant plusieurs jours, nouvelle intervention comme précédemment aucune manifestation. Comme tout produit ce doit-être dangereux, le seul à me soulager.

Sylvie Langlet
8 mois il y a

Et quand c est le seul médicament qui vous soulage . Vous faite quoi ? Vous vous en passez ? Vous êtes très fort tant mieux pour vous

Rachel ICARD
8 mois il y a

Bonsoir, je suis infirmière et ma question est simple : on a supprimé le Di-Antalvic sous prétexte que des britanniques s’étaient suicidés en en prenant ! A présent, vous demandez à ce qu’on supprime le Tramadol, et , pourquoi pas, le Codoliprane : comment comptez vous soulager les patients ???
Vous n’avez pas affaire à la douleur au quotidien, je pense, celle qui peut rendre fou et empêcher de vivre normalement ! Alors critiquer un médicament est aisé, mais le remplacer l’est beaucoup moins !!! Je suis fatiguée d’entendre des critiques incessantes de tous les traitements sous prétexte qu’ils peuvent être dangereux. C’est vrai, ils peuvent l’être, notamment si les posologies sont mal respectées. Mais personne ne prend de médicaments pour le plaisir, et s’il faut songer à mieux informer les patients, je suis contre la suppression des traitements qui soulagent, que ce soit le rhume (essayez donc d’assumer une journée de travail sans avoir fermé l’oeil de la nuit parce que vous avez le nez bouché !) ou la douleur.
Sachez que parmi mes patients, il y en a qui me parlent de se suicider si on ne parvient pas à les soulager, tellement ils n’en peuvent plus !!! Que vaut-il mieux : la dépendance, ou le suicide ???

verschaeve
8 mois il y a

Bonjour,
En tant que pharmacienne j’approuve la limite de prescription et je ne cesse de prévenir les patients de la mauvaise tolérance et de l’addiction du tramadol. Mais dans vos arguments vous ne pouvez pas dire que le tramadol peut être 100 fois plus addictif que l’héroïne et la morphine.
L’héroïne est sans commune mesure bien plus dangereuse!

Lampert
8 mois il y a

Je résume la pensée du monde à ce sujet:

Moi je suis devenu dépendant -> à jeter, à bas les gens qui souffrent
Moi je souffre -> je me fous des gens dépendants

Je lisais deja:

Les magasins devraient être ouverts le dimanche… mais je ne veux pas bosser le dimanche

Le nucléaire pollue la planète… mais je ne veux pas ramer pour avoir de l’électricité

Ne peut-on pas simplement, comprendre que l’homme ne souhaite pas souffrir exagérément ? On lui offre une solution, plutôt bonne, mais pas parfaite, en ce qui concerne sa douleur et mauvaise dans ses effets secondaires, pour certaines personnes.

La souffrance et la dépendance sont propres à l’individu. Personne ne va souffrir comme son voisin, personne ne va devenir dépendant comme son voisin.

Ici on assiste au lynchage d’une partie de la population ou de l’autre. On se croirait en pleine guerre.

La dépendance à une drogue ne peut pas se calculer avec nos moyens de mesure. On ne ressent pas la douleur ou la dépendance du voisin, on ressent les notre qui seront bien différentes. De plus, il ne sera pas possible de mettre un indicateur référence de la douleur ou de la dépendance, car l’expression de ces situations ne sera pas la même d’un individu à l’autre.

Concernant l’ordonnance à 3 mois. Ca ne règle pas, selon moi, le problème de dépendance. Et pour ceux qui souffrent, ca va compliquer la chose.

Si vous souffrez et que le médicament agit plutôt dans le bon sens, vous allez devoir lutter pour renouveler l’ordonnance.
Si vous êtes dépendant, rien ne dit qu’à moins de 3 mois vous ne le serez pas. Il s’agit de la réaction de votre personne propre à la durée du traitement et à la dose prescrite.
Dans ce cas, si vous développez une dépendance, il faudra à nouveau renouveler l’ordonnance pour réduire petit à petit. Là aussi, il y aura un problème pour se voir renouveler l’ordonnance.

Dans mon sens, il y a un risque de fragilisé ces deux catégories d’individus.

En ce qui concerne la toxicité à tester:

Evidemment! Mais c’est le cas de tout médicament. De nos jours on teste encore sur l’animal (car plus proche) et on retire du marché des produits qui ont tués. D’autres sont laissés « libre d’accès », j’entends par là que vous pouvez l’acheter par vous même, ou trouver un médecin qui vous le prescrira; Et sont, encore une fois, mauvais (c’est à dire ayant un rapport positif inférieur au négatif).

Je trouve dommage que les mesures du gouvernement rendent les gens imperméables à la souffrance de l’autre.

Une réaction sensée dans les commentaires:

« Mais dans vos arguments vous ne pouvez pas dire que le tramadol peut être 100 fois plus addictif que l’héroïne et la morphine. »

Si on se réfère à l’individu, comme je le disais, rien n’est égal d’un être à un autre.
Si on se réfère aux études plutôt fiables à ce sujet: il n’existe pas de notion de 100x plus. De cas de fortes dépendances oui, mesurée à 100x plus… non.
Avec un peu de bon sens, il est très peu probable qu’un opiacé rende 100x plus dépendant, qu’un… opiacé. Mais sur ce point, je peux me tromper. Je n’ai rien contre l’apprentissage.

Au passage, je relis votre phrase et vous écrivez: « toutes les études ». Cela me fait penser qu’un avis personnel ne vaut pas TOUTES les études du monde.
Précision: si vous écrivez « toutes », c’est bel et bien partir d’un point de vue personnel, car en règle générale TOUTES les études ne s’accordent pas, surtout à un degré de précision tel que « 100x plus ». Les manifestants qui disaient « tous le monde déteste la police », en est l’exemple type. Tous le monde ne déteste pas la police, mais on fait d’un point de vue, centré sur soi, une généralité. Des gens détestent la police = tous le monde déteste la police.
Toutes les études = certaines études… vont dans notre sens. On est toujours plus tenté de dire que 100% des cas collent parfaitement à notre cause, pour justifier notre pensée (ou qu’il s’agit effectivement de 100% des études mais que seule 1, voir 2 ou 3 études ont été faites et dans ce cas, ce n’est pas très réglo non plus).

ANNE GUEDES
8 mois il y a

Pour ma part cela m’entraine une insomnie, chose qui n’est pas répertoriée. Mais c’est le seul qui me soulage pour les migraines. Par contre ma fille ne le supporte pas. Alors laissez-nous le Tramadol pour ceux qui le supportent !

Leloup
8 mois il y a

Pris de façon raisonnable il n’y a pas de danger, bien au contraire. Marre d’interdire pour une minorité d’irresponsables qui de toute façon se rabatteront sur une autre substance. Oui au tramadol pour réduire la douleur

Muriel IDELOT
8 mois il y a

Il ne faut pas oublier la prise en charge de la douleur des personnes aux douleurs très vives dans de nombreuses maladies et qui ne sont pas soulagées

Françoise T
8 mois il y a

Il est évident que vous n’avez jamais souffert d’une maladie dont la sévérité des symptômes est une torture quotidienne que le Tramadol contribue grandement à soulager – dans mon cas, la maladie de Willis- Ekbom ( le syndrome des jambes sans repos). Maladie incurable et difficile à traiter. Le Tramadol a fait ses preuves dans le soulagement des symptômes pour des milliers de personnes, dans le cadre d’un suivi par un médecin spécialiste. Bien sûr l’abus opiacés est à condamner, mais appeler à l’interdire totalement est complètement irresponsable .

Boudaoua
8 mois il y a

Bonjour,
Ça fait 3 ans que je prends du tramadol suite algodystrophie. Au début j étais à 300-350 mg. Maintenant je suis à 150 mg. En plus je suis allergique au nexen et je ne peux pas prendre n importe quoi. Je renouvelle l ordonnance tous les 3 mois. Comment je fais si vous le faites interdire ?? C est le seul que je supporte. À part le fait que je cherche mes mots c est le seul inconvénient.
Merci de votre réponse

Maxime Muller
8 mois il y a

Bonjour,
Quand on souffre de l’arthrose et que seul le doliprane ne vous soulage pas, je prend de la codéïne qui me soulage, à 79 ans je ne crains plus rien, et puis ne pas tout mélanger (dans l’article) la codéïne vendue en France sous forme de doliprane codéïné et l’oxycontin qui est une drogue dure qui tue aux USA. Je n’ai jamais augmenté la dose de trois comprimés/jour, donc si je n’augmente pas je ne suis pas accro et je souffre moins ce qui me permet de faire du vélo et de la randonnée.

Babeth Civet
8 mois il y a

J’en prend tout les jours et je ne ressent aucun désagrément, maintenant si vous avez une autre solution à me proposer, bien, si non laissez nous se qui nous permet d’avancer tout les jours ou du moins supporter nos douleurs

Dominique Pierre
8 mois il y a

Avant le générique tramadol il y avait le zaldiar que j’ ai pris a petite dose quand je ne supportais plus mes douleurs….mais en essayant de ne pas être dépendante quand on m a prescrit le tramadol a la place je n ai jamais pu le prendre. C était comme une drogue j’ étais dans le flou ….j en ai parlé à mon médecin qui m’a soigne autrement……..il faut l interdire c est dangereux

Dr hadida
8 mois il y a

Il ne reste donc aux médecins que la morphine!
Allez! Tous a la morphine!
Constipations, nausées, pauses respiratoires…et dépendance en prime
Ouvrez nous les centres de désintoxication avec les drogués pour nos opérés

Joel Rambaud
8 mois il y a

La connerie Americaine a rejoint la France .
Je suis sous un regime de Norco et Tramadol , nous avons essaye tous ce qui est disponible depuis 7 ans , les uns m’ont donne des ulceres , les autres plus dormir alors pillule pour dormir . J’ai trouve refuge avec le Norco et le tramadol .
Vous ,Mesdames et messieurs les bon pensant , le jour ou vous pleurerez de douleur et vous trainerez sur le plancher ou les carreaux de la sale de bain , pour avoir un semblant de vie . ALORS VOUS COMPRENDREZ ,
Quand a ceux qui en abusent et il y en a , c’est simple cure de desintoxication enfermee , pour les medecins , pharmaciens et toute personne qui poussent ces medicaments a ceux qui n’en non pas besoin , La PRISON .

Joel Rambaud
8 mois il y a

Arretez vos connerie , vous ne savez pas de quoi vous parlez !
ce sont tous des medicament tres utile .
si toute personne en abuse alors c’est avec la complicitee du medecin et du pharmacien .
Les autres ils sont bien content d’avoir ce medicament et autres pour combater la vie infernale des douleurs .

Catherine
8 mois il y a

Bonjour, je suis très étonnée votre proposition ! Surveiller encore plus le Tramadol reviendra très vite à le supprimer, comme beaucoup d’autres antalgiques qui nous font cruellement défaut. J’ai une sclérose en plaques et je souffre de fortes douleurs, de façon sporadique. Il me faut des médicaments adaptés pas du Doliprane ! Je ne signerai pas ce document qui me paraît une grosse erreur de jugement.

Myriam Castelain
8 mois il y a

Ma Maman qui va sur 97 ans, prend du Durogésic depuis quelques années déjà, tant son arthrose la faisait souffrir !
Son médecin lui avait prescrit ces patchs tant elle souffrait, qu’elle grimpait au mur (et avait même demandé au médecin ; « si vous ne pouvez m’aider, alors je demande l’euthanasie » !!! ), chose que le médecin a refusé immédiatement. et lui a donc administré ce médicament qui la laisse en « paix » et avec lequel elle ne ressent plus de douleurs – Alors OUI, dans ces cas là, il faut bien passer par une médication forte et avec laquelle, ma Maman n’a plus de douleurs (en tous cas beaucoup moins) Elle le supporte bien et n’a pas d’effets secondaires (sauf que ca la constipe un peu plus). Pour le reste, parfois en maison de revalidation, ils essaient de le diminuer, voire de l’annuler, mais dans ces cas là, ses douleurs réapparaissent… Alors quoi faire ? Est ce une dépendance ou pas ? Ce que je peux dire (et elle aussi), c’est que ça lui permet d’avoir un « confort de vie ». Elle a toujours passé sa vie sous haute surveillance médicale et c’est parfait de cette manière. Et moi (nous ; ses enfants), je désire garder ma Maman en bonne Santé, avec une mobilité la meilleure ET pour des années encore… !!!

Businelli
8 mois il y a

Souffrant de douleur chronique (tumeur sur un nerf, probablement endommagé lors de l’excision) depuis plus de 50 ans, j’ai vécu un enfer jusqu’à ce que les anti épileptiques soient enfin autorisés contre la douleur . Cela m’a permis de fonctionner, jusque là il y avait des jours où je ne pouvais pas poser le pied par terre. Mais toujours mal. Depuis 2 ans que je prends du tramadol je revis! La douleur peut être réveillée par le moindre contact mais elle est enfin vraiment sous contrôle (avec toujours néanmoins le traitement lourd des anti épileptiques, l’utilisation de TENS plusieurs heures par jour, et des packs de glace toujours à portée de main!)
Alors, si vous supprimez le tramadol, que m’arrivera t il? Il faut qu’il y ait des traitements de longue durée aussi efficaces avant de le supprimer!

Garnaud
8 mois il y a

Je suis sous TRAMADOL, depuis plus de 10 ans…
je N ai jamais eu D effet secondaire ???
Mon médecin, M à change la dose FRACTURES DE VERTÉBRÉS PUIS JAMBE, CHEVILLE PIED…
Encore une chute…. PAS PAR LE TRAMADOL !!!
TOMBÉE DE L ESCABEAU EN TAILLANT MES ROSIERS!!!! VOUS VOYEZ BIEN QUE TRAMADOL
ME PERMETTAIT DE VIVRE NORMALEMENT !!!!
Mon médecin, me disait bien de ne PAS
AUGMENTER SA DOSE…..
Des Conneries cette mise en garde !!!!
On lit la Notice On Sait Ce Que C Est !!!!
QU IL NE ME LE SUPPRIMÉ PAS SURTOUT !!!!
JE NE VEUX PAS RESTER COUCHER À TOUT MOMENT
CLOUÉE, PAR LA DOULEUR !!!!
JE VEUX ENCORE VIVRE, CORRECTEMENT
ET J AI 80 ANS…….
ET FAIRE DU CINÉMA, POUR LE MÉDICAMENT QUI PERMET DE MOURRIR PLUTÔT QUE DE VIVRE SOUS PERF. AVEC DES COUCHES… PLUS DE CONNAISSANCES MENTALES !!!!
JE SUIS POUR!!!!!
VIVRE ET MOURRIR DIGNEMENT , C EST ÊTRE HONNÊTE …. LA SÉCU,… POURRA BOUCHER
SON TROU….. S il N y avait que ça ????
DU BLABLATAGE AU SÉNAT POUR DISCUTER…..
PROUVER QUE L ON MÉRITE SON SALAIRE !!!!!
C ES EST HONTEUX…..

PIres
8 mois il y a

Je viens de lire toutes les postes que se rejoindre, à plus près, à m’a expérience personnelle
J’ai 64 ans, et une polyarthrite invalidante ( connectivité mixte) depuis 1992, en 2005 suite a un début d’une DMLA, m’on arrêté l’administration des corticoïdes, de douleurs affreusement terribles, insupportables, juste soulager pour une timide dosage de Tramadol et finissent avec 200mg au matin + 200mg au soir , toutes les jours jusqu’à présent, je jamais eût dès effets secondaires et ça a permis de me lever au matin et aller au boulot, je travaillais 43 ans dans l’industrie du pétrole comme technicien sur le terrain et a retraite depuis un an.
Aujourd’hui le Tramadol me donne um confort de vie et si un jour j’aurais d’effets secondaires, j’arrêterai.
On est dans un pays libre, laisser le choix à chaque un/ une.
Bien à vous.

dubois
8 mois il y a

Monsieur, je comprends votre inquiétude quand a la prise de tramadol sans contrôle, mais pensez à ceux qui souffrent comme c’est mon cas, j’ai depuis des années des douleurs intolérables en raison d’une colonne vertébrale complètement délabrée,de haut en bas, opérations etc …et bien je prends depuis 2002 du tramadol 150 2 fois par jour, et ajoute souvent du 50 les nuits ou la douleur est trop difficile a supporter en attendant de reprendre le 150 le matin, je n’ai jamais eu ni vomissement ni vertige, et je ne dépasse jamais les 400 mg officiels par jour. Sans tramadol que faire ? je n’ose même pas penser qu’il disparaisse, car alors je ne pourrais plus vivre , mes douleurs sont trop insupportables , même les patch de morphine ne m’ont pas soulagé, rien n’y fait , ni la kiné, , rien !!! alors je me suicide ????? quelle responsabilité aurait le gouvernement si il arrivait à la solution simpliste pour eux de le supprimer , alors attention de ne pas prendre le problème à l’envers, soit: plutôt que d’aider les personnes en souffrance psychiques, supprimer un produit efficace, le seul actuellement , qui soulage les vrais souffrances physiques intenses , serait une énorme erreur !!!!!!

Joëlle Boulay
8 mois il y a

Je suis contre l’interdiction du tramadol.
Je l’ai utilisé à de nombreuses reprises lors d’interventions très douloureuses en orthopédie.
Pour moi, aucun autre analgésique n’est efficace.
Mais il y a des progrès à faire; formation des médecins, qui je l’ai constaté ne savent pas toujours prescrire en dose et en temps …
Une explication très claire auprès du patient, pour qu’il soit bien au courant des effets possibles du produit et de sa gestion dans le temps( sevrage).
Il a fallu faire effectivement très attention au sevrage à chaque fois que j’ai du en prendre.
La première fois, sans recommandation médicale, au,bout de plusieurs mous de prise du tramadol, j’ai fait un véritable syndrome de manque… Pas du tout agréable.
Sinon peu d’effet secondaire au jour le jour, et effet bénéfique sur le moral. Ce qui est très utile quand après un gros problème, vous vous retrouvez dans un fauteuil ou au lit et complètement dépendante. Plus facile aussi d’avoir un petient agréable pour les soignants et votre entourage.
Donc, attention, produit à peu être ne pas mettre entre toutes les mains( je n’ai aucun plaisir à me droguer), mais produit indispensable à notre pharmacopée.

Allis Dominique
8 mois il y a

Avez vous déjà souffert suffisamment pour qu’on vous prescrive du Tramadol ???

Moi, hélas, oui et j’en prends tous les jours depuis des années….
Nous croyez vous, ceux qui sont obligés de prendre ce type de médicaments et moi, ignares ou inconscients ???

Eh bien non tout bonnement nous n’avons pas d’autres possibilités contre la douleur extrême.

Alors s’il vous plaît plutôt que de vous en prendre à ce qui existe si toxique soit il, il vaudrait mieux mettre votre énergie à chercher un remplaçant plus inoffensif à ce genre de produit.

Il va de soit que pour une fois je ne signe pas cette pétition et que je ne lui fait pas de pub

Chaumeille
8 mois il y a

je ne signerai pas cette pétition.Je suis d’accord pour qu’il y ait une surveillance très rapprochée concernant ce médicament, mais si celui-ci peut soulager la douleur d’un patient je ne vois pas pourquoi je m’opposerai à ce médicament dans la mesure où il est prescrit à bon escient.Quant aux effets secondaires ,mais c’est « de la roupie de sansonnet » en comparaison d’autres traitements qu’il ne me viendrait pas à l’idée de remettre en cause.Ma fille est soignée pour un cancer ,un mélanome ,elle a eu de la chimio qui lui a provoqué un oedème aigu du poumon ,à l’heure actuelle elle a un coeur « en vrac » ,vous imaginez bien que vos effets secondaires du tramadol me laissent de marbre.Elle prend des antalgiques de la même classe que le tramadol ,c’est vrai qu’elle a un choix à faire,entre avoir moins mal et ne pas pouvoir conduire pour cause de vertiges,avoir mal et pouvoir aller chercher ses enfants à l’école
Est ce qu’on a d’autres opportunités, d’autres choix que les opioides?

Encadrer la prise de tramadol oui le supprimer non